La Femme d’un dieu, l’histoire oubliée d’un amour impossible (Christine Machureau)

Roman de la française Christine Machureau, publié le 17 Janvier 2017 aux éditions Numeriklivres.

 

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Prostituée, putain, pécheresse, pénitente… que n’a-t-on dit de la femme, qui, plus que les Apôtres, est citée dans les Évangiles ! Mariam de Magdala, bête noire de l’Église romaine, a mis deux mille ans pour rejaillir en pleine lumière, pour éclabousser le monde de son chatoiement féminin.
La trentaine passée, elle avait tout vécu : un amour fulgurant, une exaltation spirituelle, l’offense et le mépris des hommes. Elle avait secouru le prophète de tous les temps, à la barbe des légionnaires romains. Parcourant à pied, à dos de mule la Judée en tous sens pour écouter l’ineffable. Yeshoua disparu, il ne lui restait comme les autres qu’une mission à remplir : disperser le message à la surface de la Terre.
Voilà une femme mûre, entièrement consacrée à une mission, la meilleure apôtre du Christ, celle à qui il disait tout, qui comprenait tout, qui part en bateau, accoste en Gaule et se claquemure trente ans dans une grotte… L’Église de Rome bâillonne la mémoire de Mariam de Magdala, on la prive de parole, d’enseignement, on la rendit muette pour les siècles à venir. Elle ne peut être que repentante, pécheresse dans l’éternité… En elle se cristallisait toute la défiance de l’Église envers les femmes. Méfiance dont la société des hommes fait encore le choix. Soumise pour l’éternité ?
En vérité, qu’a-t-elle fait ? Qu’a-t-elle dit ? Pourquoi fallait-il vraiment qu’elle se taise ? L’Église de Rome n’avait-elle pas, dès le premier siècle, perverti à la fois l’Histoire et le Message afin de cacher l’Incroyable?
Mais cet « Incroyable » n’est pas une pâle copie des Évangiles, c’est une vision novatrice qui défie l’Histoire.
Il est des fictions qui narguent les mensonges !

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Publicités

Sohane l’insoumise (Eric Simard)

Publié en 2005, roman jeunesse du français Eric Simard (1962 –   ).

 

 

Présentation de l’éditeur:

Soumises au joug des extrémistes, les femmes n’ont pas un sort enviable sur la planète Kerphall. Elam, qui appartient au modérés, arrache la jeune Sohane des griffes de la brute Tork et l’abrite momentanément chez lui. Sohane est prête à tout pour échapper aux fous de Dieu. Elle n’hésite pas à jouer les passagères clandestines lorsque Elam décide de partir dans l’espace afin de retrouver la planète Terre et ses trésors. Contraints de voyager ensemble alors que tous les oppose, Elam et Sohane s’entre-déchirent. Ils ignorent que des épreuves aussi extraordinaires qu’épineuses les attendent.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

2084: La fin du monde (Boualem Sansal)

Publié le 20 Août 2015 aux éditions Gallimard (collection Blanche), il s’agit d’un roman de l’algérien d’expression française Boualem Sansal (15/10/1949-   ). Ce récit a reçu le Grand prix du roman de l’Académie française en 2015.

 

 

Présentation de l’éditeur:

L’Abistan, immense empire, tire son nom du prophète Abi, «délégué» de Yölah sur terre. Son système est fondé sur l’amnésie et la soumission au dieu unique. Toute pensée personnelle est bannie, un système de surveillance omniprésent permet de connaître les idées et les actes déviants. Officiellement, le peuple unanime vit dans le bonheur de la foi sans questions.
Le personnage central, Ati, met en doute les certitudes imposées. Il se lance dans une enquête sur l’existence d’un peuple de renégats, qui vit dans des ghettos, sans le recours de la religion…
Boualem Sansal s’est imposé comme une des voix majeures de la littérature contemporaine. Au fil d’un récit débridé, plein d’innocence goguenarde, d’inventions cocasses ou inquiétantes, il s’inscrit dans la filiation d’Orwell pour brocarder les dérives et l’hypocrisie du radicalisme religieux qui menace les démocraties.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite