Madame Bovary (Gustave Flaubert)

Publié sous forme de feuilleton en 1856, son auteur, le français Gustave Flaubert (12/12/1821 – 08/05/1880), est jugé en février 1857 pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ».

 

 

bovary

Quatrième de couverture:

Jamais Madame Bovary ne fut aussi belle qu’à cette époque… Ses convoitises, ses chagrins, l’expérience du plaisir et ses illusions toujours jeunes, comme font aux fleurs le fumier, la pluie, les vents et le soleil, l’avaient par gradation développée, et elle s’épanouissait enfin dans la plénitude de sa nature. Ses paupières semblaient taillées tout exprès pour ses longs regards amoureux où la prunelle se perdait, tandis qu’un souffle fort écartait ses narines minces et relevait le coin charnu de ses lèvres qu’ombrageait à la lumière un peu de duvet noir. 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

L’enfant qui criait au loup (Gunnar Staalesen)

Roman policier du norvégien Gunnar Staalesen (19/10/1947 –  ), publié en 2006, mettant en scène le détective privé Varg Veum.

 

 

Quatrième de couverture:

Avant d’être détective privé, Varg Veum travaillait à la Protection de l’enfance. Trop idéaliste et entier, il avait fini par en être renvoyé. Parmi les enfants qu’il avait essayé d’arracher à un destin déjà écrit figurait Janegutt, dont il s’était occupé à plusieurs reprises. Aujourd’hui devenu adulte et accusé du meurtre de ses parents adoptifs, Janegutt est retranché dans un fjord et ne veut parler qu’à une seule personne : Varg Veum.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

La Horde du Contrevent (Alain Damasio)

Deuxième roman du français Alain Damasio (01/08/1969-  ), il est publié aux éditions La Volte en 2004.

 

la horde du contrevent

 

Quatrième de couverture:

Un groupe d’élite, formé dès l’enfance à faire face, part des confins d’une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l’origine du vent.Ils sont vingt-trois, un bloc, un noeud de courage: la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d’un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou.

Expérience de lecture unique, la Horde du Contrevent est un livre-univers qui fond d’un même feu l’aventure et la poésie des parcours, le combat nu et la quête d’un sens profond du vivant qui unirait le mouvement et le lien. Chaque mot résonne, claque, fuse: Alain Damasio joue de sa plume comme d’un pinceau, d’une caméra ou d’une arme…

Chef-d’oeuvre porté par un bouche-à-oreille rare, le roman a été logiquement récompensé par le Grand Prix de l’Imaginaire.

 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Mémoires d’Hadrien (Marguerite Yourcenar)

Publié en 1951 chez Plon, ce roman historique de la française Marguerite Yourcenar nous plonge dans le règne d’Hadrien.

 

Mémoires d’Hadrien Marguerite Yourcenar Folio (1977)

 

Présentation de l’éditeur: 

Cette oeuvre, qui est à la fois roman, histoire, poésie, a été saluée par la critique française et mondiale comme un événement littéraire. En imaginant les Mémoires d’un grand empereur romain, l’auteur a voulu « refaire du dedans ce que les archéologues du XIXe siècle ont fait du dehors ». Jugeant sans complaisance sa vie d’homme et son oeuvre politique, Hadrien n’ignore pas que Rome, malgré sa grandeur, finira un jour par périr, mais son réalisme romain et son humanisme hérité des Grecs lui font sentir l’importance de penser et de servir jusqu’au bout. 

« … Je me sentais responsable de la beauté du monde », dit ce héros dont les problèmes sont ceux de l’homme de tous les temps : les dangers mortels qui du dedans et du dehors confrontent les civilisations, la quête d’un accord harmonieux entre le bonheur et la « discipline auguste », entre l’intelligence et la volonté.

Ce que j’en pense:

Ce récit se présente comme une longue lettre adressée à Marc Aurèle, petit-fils adoptif  d’Hadrien. Ce dernier, malade du cœur, affaibli, sachant la mort proche, y narre sa vie d’empereur et adresse ses recommandations. Nous découvrons donc Hadrien  tenant les rênes de l’Empire de la façon qui lui parait la plus juste, renonçant à quelques territoires pour assurer la paix, pensant ainsi davantage aux autres qu’à lui-même, se moquant presque de l’empreinte qu’il laissera dans l’Histoire. Voici Hadrien l’Empereur. Mais qu’en est-il de l’homme, de ses sentiments? Difficile de s’en faire une idée, tant sa fonction était importante. Seule l’évocation du jeune et beau Antinoüs donne lieu à une sorte de confidence. Et puis nous avons à faire avec un homme près de mourir, résigné et qui n’a donc pas le temps de se laisser aller à pleurnicher ou s’extasier sur son passé.

C’est un roman que je n’aurais probablement jamais lu sans Nathalie qui a lancé cette lecture commune. Hormis les mots « mur » et « empereur », je ne connaissais rien de ce Caesar. Malgré une lecture difficile, ce roman étant un texte assez exigeant, ma curiosité a été piquée et j’ai tenu bon jusqu’à la fin. Je ne le regrette pas. Sûrement que certains aspects philosophiques m’auront échappé , mais le fait de m’avoir redonné envie de me plonger en Rome Antique n’est pas négligeable. Et dans notre monde où règne l’homophobie, il est parfois utile de jeter un œil en arrière et de voir que ces belles amours étaient vécues sans tabou et par les plus grands.

Une lecture exigeante mais enrichissante.

 

Titre: Mémoires d’Hadrien

Auteur: Marguerite Yourcenar

Première publication: 1951 (Plon)

Édition présentée: Folio (Gallimard) (1977)

ISBN: 9782070369218

 

Cette lecture entre dans le cadre du challenge ABC

challenge abc 2013

Rendez-vous sur Hellocoton !