S’amuser au Moyen Âge (Jean Verdon)

Publié pour la première fois en 2007, il s’agit d’un essai du français Jean Verdon.

 

Quatrième de couverture:

Du haut en bas de l’échelle sociale, à la ville comme à la campagne, l’homme médiéval pratique une foule de distractions. Les nobles chassent, assistent aux fêtes de cour ou aux tournois, lisent, font de la musique, festoient. Les autres, paysans, bourgeois et même prêtres, participent à d’innombrables fêtes dont l’Église cherche à limiter les «débordements» et à codifier les résurgences païennes. Tous boivent ferme, pratiquent le sport et les jeux de société, fréquentent les bains publics… La synthèse riche et colorée de Jean Verdon, jamais entreprise jusqu’à présent, nous montre une civilisation qui sait compenser la dureté et la brutalité du quotidien par une imagination, une santé mentale, un débordement de vie difficilement imaginables aujourd’hui. Dans la mesure où la connaissance des loisirs est une composante fondamentale de l’histoire des attitudes devant la vie, son travail constitue un livre majeur.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Les vikings (Régis Boyer)

Publié en Novembre 2002 aux éditions Perrin, cet essai du français Régis Boyer (25/06/1952 –  ) démêle le vrai du faux concernant les croyances populaires sur la civilisation viking.

 

les vikings

 

Présentation de l’éditeur:

Nourri de vagues réminiscences médiévales et des récits fantasmatiques détachés de leur contexte, exacerbé au XIXè siècle par les aspirations nationalistes des pays scandinaves, le mythe du Viking cruel et sanguinaire est tenace. Régis Boyer, en s’appuyant sur les documents les plus solides (archéologie et sources strictement contemporaines de la civilisation viking), démêle toutes les confusions et les erreurs qui s’attachent à ce peuple que l’on croyait barbare et dont il révèle les qualités humaines.

Pourquoi et comment ces hommes se sont-ils déplacés dans toute l’Europe, de 800 à 1050 environ? A la faveur de quelles circonstances ont-ils pu s’installer à l’est comme à l’ouest – pays scandinaves, Groenland, Normandie, Angleterre – , et se voir offrir l’administration de leurs nouveaux territoires? Comment ont-ils fondé l’Etat russe? Qu’ont-ils apporté à l’Occident? Auraient-ils pu découvrir l’Amérique?

Si les Vikings n’étaient pas les guerriers invincibles que l’on croyait, il demeure que leur migration est un point des temps forts de l’histoire de l’Occident, et qu’elle continue de surprendre.

 

 

Régis Boyer fut directeur de l’Institut d’études scandinaves qu’il fonda à l’Université de Paris IV-Sorbonne, dont il est professeur émérite. Il a publié de très nombreux ouvrages sur la civilisation et l’histoire de l’Islande, ainsi que sur l’art viking dont il est un spécialiste incontesté.

 

 

Ce que j’en pense: Lire la suite

Une brève histoire de l’Écriture (Michel Melot)

Essai du français Michel Melot, Une brève histoire de l’Écriture a été publié aux éditions Jean-Claude Béhar le 15 Octobre 2015.

 

Présentation de l’éditeur:

L’histoire de l’écriture n’est plus ce long fleuve tranquille qui prenait sa source au Moyen-Orient et coulait jusqu’à nos jours dans le lit de la langue. Les sciences exactes et les sciences humaines semblent s’être liguées pour faire sortir l’écriture de ses rives afin d’y faire entrer des catégories de signes indicibles. Préhistoriens, ethnologues, mathématiciens et graphistes sont les fers de lance de ces élargissements. Chaque photographie, reproduite à l’identique et à l’infini, est devenue un pictogramme en puissance et les codes numériques ne peuvent être lus que par des robots illettrés. L’écriture est un territoire ouvert à tous les vents. Devant tant de sortes de signes mémoriels, on ne peut qu’appeler « écriture » tout tracé destiné à être déchiffré, laissant hors du champ la part insoumise qui relève de l’imaginaire.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Les secrets de Rome (Corrado Augias)

Corrado Augias (26 Janvier 1935 – ) est un journaliste et écrivain italien. Les secrets de Rome, paru en Italie en 2005, est le quatrième essai de la série Histoires de Villes. Il sera publié en France aux éditions du Rocher en 2007.

 

Quatrième de couverture:

Ce livre réunit une série de portraits de Rome, qui la montrent sous des aspects inédits ou inattendus, et qui peuvent être lus comme un vademecum permettant de connaître cette ville, comme un guide évoquant ses nombreux recoins pittoresques et extraordinaires. Cependant, le récit de Corrado Augias est conçu d’une manière qui le distingue nettement des guides.

En effet, Les Secrets de Rome n’offre pas seulement un parcours à travers des lieux inoubliables, mais aussi et surtout une anthologie d’histoires époustouflantes, une galerie de personnages et d’événements.

C’est comme si les pierres et les objets nous livraient le récit de leurs souvenirs, allant du mythe des origines de la ville – qui magnifie les faits et gestes des habitants peu recommandables d’un village situé au carrefour des grandes voies du commerce de l’époque -, à la gloire ensanglantée du Rinascimento ; de l’atmosphère sombre et violente du Moyen Age à la rigueur rationaliste qui s’exprime dans l’architecture de l’EUR, le quartier construit par le régime fasciste pour son vingtième anniversaire ; du manque de scrupules de César au génie ténébreux du Caravage ; du charme de Lucrèce Borgia,  » la plus belle dame de Rome « , à la séduction provocante d’Anna Fallarino, marquise Casati Stampa di Soncino, la protagoniste de l’un des crimes les plus scabreux de l’après-guerre.

En puisant dans les sources historiques et aussi dans ses souvenirs personnels de certains moments cruciaux du XXe siècle (allant de l’Occupation nazie au boom des années 1960), Augias réunit une multitude de personnages et de faits pour en extraire l’histoire complexe d’une ville contradictoire, qui tient à la fois de la métropole et du village, où tout trait humain – la hardiesse et la couardise, la générosité et la paresse, l’ambition et la mollesse – a trouvé ses incarnations et la scène idéale où se donner en spectacle. 

Ce parcours à travers les siècles s’achève sur les  » illusions  » de Cinecittà, la cité du cinéma bâtie par le régime fasciste et devenue l’une des plus grandes usines à rêves du monde, d’où sont issus des films tels que La Dolce Vita de Fellini, qui ont transformé Rome en phénomène à portée internationale et en mythe moderne.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Les troubadours, leurs vies, leurs œuvres, leur influence (Joseph Anglade)

Cet ouvrage est issu d’un cours donné par le français Joseph Anglade ( 11/10 1868 – 13/07/1930), philologue et romaniste spécialisé dans l’étude de la lyrique des troubadours, et fut publié en 1908.

Source gallica.bnf.fr

Source gallica.bnf.fr

Extrait de l’avant propos:

« Ce livre est issu d un cours professé à l Université de Nancy en 1907-1908. C était là une matière bien nouvelle pour le public éclairé auquel nous nous adressions. Le désir de lui faire connaître sous une forme accessible dépourvue de l appareil d érudition qui accompagne d ordinaire ces études une période glorieuse de notre ancienne littérature explique le caractère de cet ouvrage. Aussi y trouvera-t-on plus d affirmations que de discussions. Il est destiné au grand public, à celui du moins qui sait s intéresser encore aux choses du passé, non parce qu elles sont le passé, mais parce qu elles sont belles et intéressantes. C est à l intention de ce public que nous avons multiplié les citations. Nous aurions désiré les donner dans le texte provençal. On aurait pu ainsi mieux goûter les vers gracieux de Bernard de Ventadour ou de la comtesse de Die, le style ferme et énergique de Peire Cardenal, et surtout tant d artifices de mètre ou de style dont la traduction ne peut garder la moindre trace. Mais ce volume en eût été démesurément grossi, et de plus toute une partie du charme de cette langue aurait échappé à ceux qui ne la connaissent pas… »

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Le roi Arthur (Amaury Chauou)

Publié en Septembre 2009 aux éditions du Seuil, le Roi Arthur est un essai du français Amaury Chauou.

 

 

Roi Arthur - Chauou

 

Présentation de l’éditeur: 

Des romans de la Table Ronde à la série Kaamelott, de Merlin l’Enchanteur aux Monty Python, les exploits d’Arthur et de ses chevaliers ont nourri un imaginaire merveilleux et foisonnant. Mais qui était vraiment le roi Arthur ? Un chef de guerre breton du Ve siècle ? Un personnage fictif inventé par les chroniqueurs à partir du Xe siècle ? La Table Ronde et ses chevaliers ont-ils vraiment existé ? 

Derrière la légende, cet ouvrage part à la recherche de l’Arthur historique. À l’appui de multiples sources, il retrace le long processus qui amena, au Moyen Âge, les monarques anglais à se réapproprier la figure emblématique de ce roi.

Instruments politiques voire idéologiques, Arthur et ses chevaliers en viennent bientôt à servir les intérêts de la chrétienté avec la quête du fameux Graal, tandis que les progrès de l’idéal chevaleresque gagnent toutes les cours européennes et assurent une renommée sans fin au grand monarque britannique.

Un portrait sans précédent d’Arthur, souverain d’un univers magique où les hauts faits le disputent aux trahisons, peuplé de dragons, de mages et de belles dames dont les aventures n’ont pas fini de faire rêver. L’exemple le plus frappant d’une légende au service de l’histoire.
Amaury Chauou est professeur d’histoire en classes préparatoires à Brest. Il a publié plusieurs ouvrages sur les Plantagenêts.

 

 

Lire la suite