Entropia (Autre-Monde T4) (Maxime Chattam)

Premier volume du second cycle de la série Autre-Monde du français Maxime Chattam ( 19/02/1976 –  ), paru aux éditions Albin Michel le 6 Octobre 2011.

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Une muraille opaque de brouillard et ses cohortes de monstres avancent inexorablement vers Eden. 
La Grande Tempête qui a balayé l’Amérique reviendrait-elle détruire la nouvelle civilisation que les Pans, les enfants mystérieusement épargnés par le cataclysme, tentent de créer ? 
Sauront-ils déjouer les complots du Buveur d’innocence ? 
L’Alliance des Trois pourra-t-elle s’opposer à la menace d’Entropia, royaume du chaos et de la mort ? 
Autre-Monde est loin d’avoir livré tous ses secrets…

 

Ce que j’en pense:

VOUS N’AVEZ PAS LU LES TOMES PRÉCÉDENTS? ALORS, ALLEZ VOUS-EN!!

ALERTE SPOILER!

Lire la suite

Publicités

Eau turquoise (Le cycle d’Ardalia T2) (Alan Spade)

Deuxième volet du cycle d’Ardalia, publié en octobre 2011 aux éditions Emmanuel Guillot par Alan Spade.

 

 

Présentation: 

Le long de la Grande Déchirure et au cœur du volcan Ixal, Valsshyk l’Immolé s’agite. Les créatures corrompues par ses miasmes purulents se font chaque jour plus nombreuses. Entre les murs ardents de Sinista luisent les glaives, haches et lances d’ambreroche d’une armée de réprouvés. Le jour s’approche où le nexus retenant encore le Dieu sombre s’effondrera. Alors, les nylevs surgiront des abysses… Messagers du destin, Pelmen, Xuven, Teleg, Elisan-Finella et Lominan s’empressent. Hélas ! Bientôt éclatent des dissensions et les chemins se séparent. Qui, des enfants d’Aoles ou de Malia, parviendra à avertir le monde du péril ? Au moment d’affronter les serviteurs du Feu sacré, le souffle d’Aoles et le pouvoir de l’Eau turquoise suffiront-ils ?

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

3 minutes 33 secondes (Esi Edugyan)

3 minutes 33 secondes est le deuxième roman de la Canadienne Esi Edugyan (1977 –  ). Publié en 2011, il a reçu le Prix Giller au Canada.

 

 

3 minutes 33 secondes

Présentation de l’éditeur:

Un disque de 3 minutes 33 secondes, c’est tout ce qu’il reste de ce temps-là. De ce Paris occupé où trois jazzmen planqués pour échapper aux nazis tentaient malgré tout d’enregistrer un morceau. Sid, Chip, et Hiero, deux Noirs de Baltimore et un métis allemand, unis le temps d’un enregistrement frondeur, au nez et à la barbe de l’ennemi. Avant, c’est à Berlin qu’ils jouaient, quand l’Amérique marquait le tempo des folles nuits européennes. Avant que Goebbels n’interdise cette «musique nègre» et qu’eux trouvent refuge en France et rencontrent le grand Armstrong. Mais, parfois, il ne faut guère plus de trois minutes pour qu’un destin bascule. Un regard enjôleur, une ligne de basse qui dérape, des papiers qui n’arrivent pas… Alors restent les souvenirs, ces moments hors du temps qui font le sel de la vie.
Dans ce roman émouvant et drôle, où fiction et réalité se confondent, Esi Edugyan brosse le portrait d’une époque, d’un milieu, d’une amitié, retrouvant les accents savoureux et le langage des musiciens noirs américains.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

La cité des anges déchus (The Mortal Instruments #4) (Cassandra Clare)

Publié en 2011 sous le titre City of Fallen Angels par l’américaine Cassandra Clare (Judith Rumlet de son vrai nom) (27/07/1973 – ), ce quatrième volet de la série The Mortal Instruments est arrivé en France en 2012 aux éditions Pocket Jeunesse sous le titre Les Anges Déchus. Il sera réédité en septembre 2013 sous La Cité des Anges Déchus. Ce récit commence également la seconde trilogie qui compose la série The Mortal Instruments.

 

la cité des anges déchus Cassandra Clare

Quatrième de couverture:

La guerre est terminée. Clary rentre à New York pour s’entraîner à devenir Chasseur d’Ombres. Mais les tensions se ravivent avec les Créatures Obscures, des Chasseurs d’Ombres sont assassinés…

Les deux camps se préparent à une nouvelle confrontation et se disputent Simon, un vampire aux nombreux pouvoirs. Ils ne reculeront devant rien. Au risque pour Clary de perdre tous ceux qu’elle aime y compris Jace…

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Grimalkin et l’épouvanteur (Joseph Delaney)

Neuvième volume de la série the Wardstone Chronicles (ou l’Épouvanteur) a été publié en 2011 par le britannique Joseph Delaney ( 25/07/1945 – ). Il a été publié en France chez Bayard Jeunesse en 2013.

 

Grimalkin et l'épouvanteur joseph Delaney

 

Présentation de l’éditeur:

« Regarde, tu saignes! La mort guette. La douleur est terrible. Ton ennemi s’avance, prêt à prendre ta vie. Est-ce la fin? Es-tu vaincue? Non! Le combat ne fait que commencer. Crois-moi, je sais de quoi je parle. Je suis Grimalkin. »

Détruire le Malin, c’est le but que s’est fixé Grimalkin, pour venger le meurtre de son fils. Après avoir aidé Thomas Ward et l’Épouvanteur à entraver le démon, en Irlande, elle a regagné le comté. Elle doit à tout prix conserver, enfermée dans un sac, la tête coupée du Malin afin de garder sous contrôle son esprit maléfique. Grimalkin, la tueuse du clan Malkin, est puissante, et son seul nom suffit à inspirer la crainte. Mais les serviteurs de l’obscur sont à ses trousses. Ils emploieront tous les moyens pour lui reprendre son horrible et précieux fardeau.

 

Ce que j’en pense: 

Si vous n’avez pas lu le volume précédent, le destin de l’Épouvanteur, passez votre chemin et revenez lorsque ce sera fait! 

Lire la suite

Le destin de l’épouvanteur (l’épouvanteur #8) (Joseph Delaney)

Le destin de l’épouvanteur est le huitième opus de la série the Wardstone Chronicles du britannique Joseph Delaney (25/07/1945 –  ). Il a été publié en 2011 Outre-Manche sous le titre The Spook’s Destiny, et en 2012 chez Bayard Jeunesse pour la France.

 

épouvanteur 8 - J. Delaney

 

 

 

Quatrième de couverture:

 » Tu appartiens à cette lame. Elle te possède. Tu lui appartiendras jusqu’au jour de ta mort… »

John Gregory, Tom Ward et son amie Alice, fuyant la guerre qui fait rage dans le Comté, accostent en Irlande. Là, ils vont affronter des mages particulièrement malfaisants, prêts à tout pour accroître leurs pouvoirs maléfiques et se débarrasser de l’Epouvanteur comme de son apprenti. Au cours d’une dangereuse mission, Tom se voit remettre la Lame du Destin, une épée venue de l’Autre Monde. Cette arme puissante lui permettra-t-elle de vaincre le Malin? Mais s’il veut survivre, il doit encore s’entraîner… Et la seule personne capable de l’aider n’est autre que Grimalkin, la sorcière tueuse…

 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Divergente (Veronica Roth)

Veronica Roth (19/08/1988 – ), auteur américaine, publie Divergente (Divergent) en 2011. C’est son premier roman.

 

DSC04038

Quatrième de couverture: 

Cinq destins. Un seul choix.

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq factions. 

À 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime,

son test d’aptitude n’est pas concluant.

Elle est Divergente.

Ce secret peut la sauver…

Ou la tuer.

Lire la suite

La pierre d’Abeille (Dominique Marcoux)

La pierre d’Abeille est un roman historique de l’auteur français Dominique Marcoux, publié en 2011, et réédité en numérique en Octobre 2014 par Nelson District.

La pierre d’Abeille Dominique Marcoux Nelson District (Octobre 2014)

 

Présentation de l’éditeur:

12e siècle. Les Sarrazins font des razzias sur la côte méditerranéenne et attaquent le village de Montfort en Provence. Mathieu, apiculteur et tailleur de pierres, va devoir défendre sa vie et celle de ceux qu’il aime. Sa destinée va changer à jamais.

Auvergne, années 50. Mathieu, rescapé de guerre, désespère de ses souvenirs perdus. Mais par un curieux concours de circonstances, au travers de son amour des abeilles et de son quotidien des champs, il va peu à peu les retrouver, en même temps que l’étrange piste d’un certain maître bâtisseur du 12e siècle… 

 

Ce que j’en pense:

Tout d’abord je tiens à remercier les éditions Nelson District pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir ce roman.

Grâce à l’enquête menée par Mathieu, ancien soldat, dans les années 50, on découvre la vie d’un maître bâtisseur du XIIème siècle. Nous découvrons ainsi le destin de ces deux hommes ayant le même prénom, nés à huit siècles de différence mais semblant avoir quelques points communs. Leurs destins se mêlent, s’entremêlent, tout au long du récit. Dominique Marcoux nous narre tour à tour les histoires de ces personnages, nous faisant avancer dans l’enquête du Mathieu du XXème siècle en nous transportant en Provence et en France durant le Moyen Âge(au XIIème siècle, le Comté de  Provence n’est pas rattaché à la France), avec ses guerres, ses famines, mais aussi ses bonheurs et ses joies simples.

J’ai eu plaisir à redécouvrir le Compagnonnage de cette époque. J’aime les vieilles pierres. Elles sont les témoins et les traces laissées par d’autres bien avant nous, et seront là encore bien après nous. Outre l’Histoire, ce roman dépeint également une belle revanche sur la vie, montrant quelques contradictions de l’Eglise de l’époque.

Un agréable roman plein d’humanité.

 

Titre: la pierre d’Abeille

Auteur: Dominique Marcoux

Première publication: 2011

Edition présentée: Nelson district (Octobre 2014)(numérique)

ISBN: 979-10-93600-05-5

 

 

 
Rendez-vous sur Hellocoton !

La mort s’invite à Pemberley (P.D. James)

La mort s'invite à Pemberley P.D. James Fayard (Mai 2012)

La mort s’invite à Pemberley
P.D. James
Fayard (Mai 2012)

Née le 3 Août 1920 à Oxford, l’anglaise Phyllis Dorothy James est une auteur de romans policiers. Avec La mort s’invite à Pemberley, elle se sert de sa passion pour l’univers de Jane Austen pour créer une suite à suspense au célèbre Orgueil et Préjugés.

Quatrième de couverture:

Rien ne semble devoir troubler l’existence ordonnée et protégée de Pemberley, le domaine ancestral de la famille Darcy, dans le Derbyshire, ni perturber le bonheur conjugal de la maîtresse des lieux, Elizabeth Darcy. Elle est la mère de deux charmants bambins; sa sœur préférée, Jane, et son mari, Bingley, habitent à moins de trente kilomètres de là; et son père adulé, Mr Bennet, vient régulièrement en visite, attiré par l’imposante bibliothèque du château. Mais cette félicité se trouve soudain menacée lorsque, à la veille du bal d’automne, un drame contraint les Darcy à recevoir sous leur toit la jeune sœur d’Elizabeth et son mari, que leurs frasques passées ont rendu indésirables à Pemberley. Avec eux s’invitent la mort, la suspicion et la résurgence de rancunes anciennes.

Dans La mort s’invite à Pemberley, Phyllis Dorothy James associe sa longue passion pour l’oeuvre de Jane Austen à son talent d’auteur de romans policiers pour imaginer une suite à Orgueil et Préjugés et camper avec brio une intrigue à suspense. Elle allie une grande fidélité aux personnages d’Austen au plus pur style de ses romans policiers, ne manquant pas, selon son habitude, d’aborder les problèmes de société – ici, ceux de l’Angleterre du début du XIXème siècle.

Un roman qui enchantera les nombreux admirateurs de Jane Austen et comblera ceux de P.D. James.

Ce que j’en pense:

Ayant lu récemment Raison et Sentiments, l’univers austenien était donc encore bien présent dans ma mémoire. Bien que n’ayant toujours pas lu Orgueil et préjugés (oui, je sais, inutile de me huer de la sorte! ), les personnages et leur passé sont suffisamment décrits pour que l’on ne perde pas le fil.

Qui a commis ce crime abominable qui porte atteinte à la réputation des Darcy? L’intrigue est menée de telle sorte qu’il est difficile de deviner le coupable avant le dénouement, ou alors c’est moi qui suis stupide car je n’avais pas trouvé! Décrivant tous les éléments indispensables, je me suis souvent impatientée en tournant les pages. Bien qu’essentielles pour certaines, j’ai trouvé quelques longueurs inutiles: était-il vraiment nécessaire par exemple de faire répéter certaines scènes par différents personnages alors qu’aucun n’apporte de nouveautés à la précédente? Je ne peux que rejoindre l’auteur elle-même lorsqu’elle écrit en note au début du roman « […](Jane Austen) aurait écrit cette histoire elle-même, et bien mieux. » En effet, c’est un récit sans réel suspense, sans action, P.D. James n’a, selon moi, pas réussi à s’approprier les personnages d’Austen et à les rendre vivants. Ses références à d’autres romans comme Emma et Persuasion sont de sympathiques clins d’oeil, mais cela ne rend pas le récit plus attirant pour autant.

Bien sûr, dans l’aristocratie on apprend à ne pas montrer ses émotions, mais là, c’est vraiment trop fade. C’est dommage! Parce que, malgré les longueurs que j’ai pu y trouvé, ce roman aurait pu en effet être une suite agréable à Orgueil et Préjugés. J’avais parfois l’impression que les personnages étaient des statues de cire dont pas un cheveu ne bougeait! Cet aspect là m’a beaucoup déçue, alors que l’identité de l’assassin et son mobile sont si crédibles pourtant!

Peut-être n’ai-je pas pu apprécier vraiment cette lecture du fait de ne pas avoir lu l’oeuvre qui l’a inspirée? Difficile de vous répondre! C’est possible, après tout! Ce qui est sûr, c’est que ce roman m’a donné envie de découvrir la référence qu’est Orgueil et préjugés.

la mort s'invite à pemberley Fayard

Titre: La mort s’invite à Pemberley (Death comes to Pemberley)

Auteur: P.D. James

Première publication: 2011

Édition présentée: Fayard, mai 2012.

Traduit de l’anglais par Odile Demange.

Disponible en numérique et livre audio.

 

Cette lecture compte pour le challenge ABC 2014 organisé par le forum Club de Lecture

challenge abc 2013

Rendez-vous sur Hellocoton !