Nénuphar Grigrimaldit (Christophe Léon)

Publié en 2007 chez Alice éditions , il s’agit d’un récit jeunesse du français Christophe Léon (02/04/1959 –  ).

 

 

Présentation de l’éditeur:

« Le jour où j’ai rencontré Nénuphar Grigrimaldit, comment aurais-je pu imaginer me retrouver au cœur d’une révolution, d’un coup d’État qui allait mettre à feu et à sang la Principauté du Prince Régnait, au sud du Japiam ? À bord de ma moquette volante, j’allais découvrir une ville étrange et ses habitants non moins ahurissants ! Le Prince Adalbert et sa passion pour les sports d’hiver, l’affreuse Scaramoche et la belle Épiphanie, fiancée à un pêcheur de morues… tous atteints du syndrome de Gilles de la Tourette qui, comme chacun sait, consiste à insulter involontairement mais copieusement son interlocuteur. »

Ce roman désopilant est d’abord un roman d’aventure palpitant et plein de rebondissements. Truffé de jeux de mots savoureux (serez-vous capable de les repérer tous ?), qui mêlent allégrement les classiques du petit et du grand écran, les ragots de la presse people, les chansons populaires et bien d’autres choses encore., n’est pas sans rappeler les ingrédients qui ont fait le succès de Boris Vian, Raymond Queneau ou René Goscinny, par exemple. En effet, on y trouve une histoire passionnante, avec des dialogues percutants, des jeux de mots (de langue aussi bien que des clins d’œil à l’actualité et aux « grands de ce monde » ou à l’histoire), bref, un cocktail que petits et grands, pour des raisons similaires ou différentes, boiront goulûment… Un livre complètement fou, à consommer sans modération !

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Meurtres en Acadie (Kathy Reichs)

Meurtres en Acadie est le dixième opus de la série Temperance Brennan. Écrit par l’américaine Kathy Reichs (7/07/1948 –  ) il a été publié en 2007 sous le titre Bones to Ashes. Robert Laffont en fait la distribution en France dès 2009.

 

 

Quatrième de couverture:

L’Acadie et sa moisson de vieux squelettes ne sont pas de tout repos pour Temperance Brennan. D’autant que, la police mise à part, personne ne semble prêt à collaborer avec l’anthropologue judiciaire. Ici on parle français, et on se tait. Dans les souvenirs de Tempe, pourtant, cette région du Canada semblait un paradis. Le pays d’un ange… Cet ange, c’était Évangéline, 14 ans. Tempe en avait 12 et la disparition de son amie devait, à jamais, laisser un grand vide. Derrière chaque porte, chaque morte, Tempe croit reconnaître l’absente. Et son enquête la ramène bientôt au pays maudit de l’enfance sacrifiée…

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

S’amuser au Moyen Âge (Jean Verdon)

Publié pour la première fois en 2007, il s’agit d’un essai du français Jean Verdon.

 

Quatrième de couverture:

Du haut en bas de l’échelle sociale, à la ville comme à la campagne, l’homme médiéval pratique une foule de distractions. Les nobles chassent, assistent aux fêtes de cour ou aux tournois, lisent, font de la musique, festoient. Les autres, paysans, bourgeois et même prêtres, participent à d’innombrables fêtes dont l’Église cherche à limiter les «débordements» et à codifier les résurgences païennes. Tous boivent ferme, pratiquent le sport et les jeux de société, fréquentent les bains publics… La synthèse riche et colorée de Jean Verdon, jamais entreprise jusqu’à présent, nous montre une civilisation qui sait compenser la dureté et la brutalité du quotidien par une imagination, une santé mentale, un débordement de vie difficilement imaginables aujourd’hui. Dans la mesure où la connaissance des loisirs est une composante fondamentale de l’histoire des attitudes devant la vie, son travail constitue un livre majeur.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

La Cité des Ténèbres (The Mortal Instruments T1) (Cassandra Clare)

Publié en 2007, il s’agit du premier roman de Cassandra Clare, nom de plume de l’américaine Judith Rumlet.

 

The Mortal Instruments T1 -

Quatrième de couverture:

Clary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et, détail terrifiant: le corps de la victime a disparu d’un seul coup!

Mais le pire reste à venir… Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures et l’appartement complètement dévasté.

Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des Chasseurs d’Ombres… Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Le combat de l’Épouvanteur (l’Épouvanteur T4) (Joseph Delaney)

Publié en 2007, ce quatrième tome des aventures de Tom Ward est arrivé en France en 2008.

 

Le combat de l’Épouvanteur Joseph Delaney Bayard Jeunesse (2008)

Présentation de l’éditeur:

 » Le district de Pendle est infesté de sorcières, me dit l’Épouvanteur. La plupart du temps, elles se chamaillent et se tirent dans les pattes. Mais si elles s’entendent autour d’un projet commun, leur pouvoir en est grandement renforcé. Oui, voilà le pire qui puisse arriver: que les clans ennemis s’unissent. »

Les sorcières de Pendle deviennent de plus en plus malfaisantes. Le plus inquiétant, c’est que les trois clans – les Deane, les Malkin et les Mouldheel -préparent une alliance. Ensemble, ils seraient capable d’invoquer le diable en personne! Tom et son maître vont se rendre là-bas pour éviter le pire. Mais avant, Tom Ward doit passer chez lui pour récupérer les malles que sa mère lui a laissées en héritage. Or, une fois sur place, il découvre que la ferme a été ravagée, la grange brûlée…

 

Ce que j’en pense:

J’ai retrouvé avec plaisir Tom Ward, son maître et son amie sorcière Alice. Le Mal prend une ampleur effrayante dans ce volume, s’en prenant, pour mieux atteindre l’apprenti, à sa famille. Le nombre d’ennemis est important, et on se demande comment l’Epouvanteur et son élève vont parvenir à affaiblir une fois encore le Mal, dont la puissance devient incontestable.

J’ai trouvé l’ambiance de ce volume plus sombre que les précédents, marquant une nouvelle étape dans l’apprentissage du jeune Ward. Et au vu de la tournure que prend le récit, les prochains le seront probablement aussi! On se rend davantage compte du fait que Tom soit au centre de tous les événements qui se produisent. Après tout, sa mère lui a dit « Tu es notre dernier espoir. Il faut que quelqu’un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable ». Reste à savoir comment il va y parvenir en lisant la suite!

Titre: Le combat de l’Épouvanteur (The Spook’s Battle)

Auteur: Joseph Delaney

Première publication: 2007

Édition présentée: Bayard Jeunesse 2008

Traduit de l’anglais par Marie-Hélène Delval

ISBN: 9782747025737
Rendez-vous sur Hellocoton !

La mort lente de Luciana B. (Guillermo Martinez)

La mort lente de Luciana B. est le deuxième roman traduit en français de l’argentin Guillermo Martinez. Publié en 2007, il parviendra jusqu’à nous en Octobre 2009 grâce aux éditions Nil.

 

La mort lente de Luciana B. Guillermo Martinez Nil (Octobre 2009)

 

Quatrième de couverture:

La création littéraire peut-elle devenir toute puissante au point de changer le cours d’une vie? Après Mathématique du crime , Guillermo Martinez nous entraîne dans un envoûtant thriller psychologique…

Dix ans ont passé depuis que le narrateur a vu Luciana B. pour la dernière fois. À l’époque, il était tombé amoureux d’elle. Bien qu’elle fût la secrétaire personnelle du célèbre auteur de romans policiers Kloster, il l’avait engagée en cachette pour taper les pages de son roman.
Aujourd’hui, il ne reste plus rien de la jeune fille gaie et séduisante qu’il a connue. Que s’est-il passé ces dernières années ? Luciana se raconte : elle a vu, tour à tour, mourir la plupart de ses proches – son fiancé, ses parents, son frère – dans des circonstances qui semblent forcer le hasard. Et elle, ou sa soeur, pourraient être les prochaines sur la liste. Luciana vit à présent dans la terreur, dans l’observation de chaque ombre, de chaque personne qui frôle son passage.
Selon elle, ces décès survenus avec une régularité méthodique n’ont rien d’accidentel ; ils sont l’oeuvre de Kloster qui a lancé une vendetta contre elle parce qu’il y a dix ans, en portant plainte contre lui pour harcèlement sexuel, elle a provoqué un enchaînement de désastres qu’il a décidé de lui faire payer au « septuple ». À moins que ce ne soit Luciana elle-même qui, rongée par la culpabilité, provoque sa propre perte…
Au bord du désespoir, elle s’adresse à celui qui l’a autrefois aimée, et qui est le seul susceptible de la croire. Qui sait, en tant qu’écrivain, peut-être le narrateur sera-t-il à même de percer à jour les ténèbres de Kloster et de faire le tri entre la réalité et la fiction ? Les Carnets d’Henry James et un volume de la Bible seront ses clés pour un voyage sans retour dans les plus obscures régions du mal…

Ce que j’en pense:

Raconté à la première personne, ce roman nous happe rapidement dans un sentiment de malaise.

On ne sait rien ou presque du narrateur: il est écrivain, il habite toujours dans le même appartement depuis dix ans. On ne sait, tout comme le narrateur, que croire tant tout cela semble invraisemblable. Luciana a l’air si sincère, mais ne serait-elle pas un peu surmenée, voire paranoïaque? Ces dix années passées ont l’air d’avoir énormément affecté la jeune femme. Et Kloster? Il a l’air impitoyable, mais est-il aussi machiavélique? Qui manipule qui? Et si tout cela n’était que le fruit du hasard? Pour vous faire une idée, je ne peux que vous conseiller de le lire! Ne vous attendez pas à de l’action, à des explosions à la manière hollywoodienne. Ici, tout est dans la subtilité et c’est vraiment bon de se perdre soi-même face à ces personnages.

Un très bon thriller psychologique qui m’a hanté durant quelque temps.

 

Titre: La mort lente de Luciana B. (La muerte Lenta de Luciana B.)

Auteur: Guillermo Martinez

Première Publication: 2007

Édition présentée: Nil éditions, Octobre 2009

Traduit de l’espagnol (Argentine) par Eduardo Jimenez

ISBN: 9782841113743

 

Lecture faite dans le cadre du Challenge Argentine

challenge argentine 2014

Rendez-vous sur Hellocoton !