La Voleuse de livres (Markus Zusak)

Roman de l’écrivain australien Markus Zusak (23/06/1975 –    ), publié en 2005. La traduction française de Marie-France Girod est parue en 2007 aux éditions Oh!

 

 

Présentation de l’éditeur:

Quand la Mort vous raconte une histoire, vous avez tout intérêt à l’écouter.

Une histoire étrange et émouvante où il est question:

-d’une fillette;

-de mots;

-d’un accordéoniste;

-d’Allemands fanatiques;

-d’un boxeur juif;

-de vols.

 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Publicités

Tom Cox et le diable du tsar (Tom Cox #5) (Franck Krebs)

Cinquième volet de la série Tom Cox, créée par le français Franck Krebs ( 1963 – 08/02/2015), publié en mars 2005 chez Seuil Jeunesse.

 

 

Présentation de l’éditeur:

Livré à lui-même suite à la capture de ses parents par Mordom Horpilleur, Tom assiste avec effroi à une nouvelle catastrophe : sa tante Anna tombe sous le joug du rigor mortis, terrible sort qui met ses jours en danger. S’amorce alors une véritable course
contre la montre pour retrouver une précieuse icône, seul remède à ce charme mortifère… Tom est donc catapulté dans la Russie tsariste où grondent les prémices de la révolution à venir. Il devra y faire face au diable du tsar, l’inquiétant Raspoutine, qui manipule d’une main de fer la famille impériale, la menant à sa perte…

 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Sohane l’insoumise (Eric Simard)

Publié en 2005, roman jeunesse du français Eric Simard (1962 –   ).

 

 

Présentation de l’éditeur:

Soumises au joug des extrémistes, les femmes n’ont pas un sort enviable sur la planète Kerphall. Elam, qui appartient au modérés, arrache la jeune Sohane des griffes de la brute Tork et l’abrite momentanément chez lui. Sohane est prête à tout pour échapper aux fous de Dieu. Elle n’hésite pas à jouer les passagères clandestines lorsque Elam décide de partir dans l’espace afin de retrouver la planète Terre et ses trésors. Contraints de voyager ensemble alors que tous les oppose, Elam et Sohane s’entre-déchirent. Ils ignorent que des épreuves aussi extraordinaires qu’épineuses les attendent.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

L’enlèvement (Les Chevaliers d’Émeraude T7)(Anne Robillard)

Ce septième volet de la saga Les Chevaliers d’Émeraude a été publié en 2005 au Canada. Les éditions Michel Lafon le distribueront en France à partir du 22 Janvier 2009.

 

Présentation de l’éditeur:

Un départ tragique déclenche une série d’événements inattendus au Château d’Émeraude. Wellan reçoit en héritage un curieux bijou doté d’un fascinant pouvoir magique. Au même moment, il découvre que le renégat a emprunté un nouveau corps… Devra-t-il une fois de plus affronter Onyx?

Lors d’une attaque sournoise du sorcier Asbeth, les hommes-insectes réussissent à s’emparer d’un Chevalier pour le livrer à l’Empereur Noir. Mais Wellan et son nouvel allié n’ont pas l’intention d’abandonner leur frère d’armes. Ensemble, ils conçoivent la plus périlleuse de toutes les missions jamais entreprises par les Chevaliers. Réussiront-ils?

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Les secrets de Rome (Corrado Augias)

Corrado Augias (26 Janvier 1935 – ) est un journaliste et écrivain italien. Les secrets de Rome, paru en Italie en 2005, est le quatrième essai de la série Histoires de Villes. Il sera publié en France aux éditions du Rocher en 2007.

 

Quatrième de couverture:

Ce livre réunit une série de portraits de Rome, qui la montrent sous des aspects inédits ou inattendus, et qui peuvent être lus comme un vademecum permettant de connaître cette ville, comme un guide évoquant ses nombreux recoins pittoresques et extraordinaires. Cependant, le récit de Corrado Augias est conçu d’une manière qui le distingue nettement des guides.

En effet, Les Secrets de Rome n’offre pas seulement un parcours à travers des lieux inoubliables, mais aussi et surtout une anthologie d’histoires époustouflantes, une galerie de personnages et d’événements.

C’est comme si les pierres et les objets nous livraient le récit de leurs souvenirs, allant du mythe des origines de la ville – qui magnifie les faits et gestes des habitants peu recommandables d’un village situé au carrefour des grandes voies du commerce de l’époque -, à la gloire ensanglantée du Rinascimento ; de l’atmosphère sombre et violente du Moyen Age à la rigueur rationaliste qui s’exprime dans l’architecture de l’EUR, le quartier construit par le régime fasciste pour son vingtième anniversaire ; du manque de scrupules de César au génie ténébreux du Caravage ; du charme de Lucrèce Borgia,  » la plus belle dame de Rome « , à la séduction provocante d’Anna Fallarino, marquise Casati Stampa di Soncino, la protagoniste de l’un des crimes les plus scabreux de l’après-guerre.

En puisant dans les sources historiques et aussi dans ses souvenirs personnels de certains moments cruciaux du XXe siècle (allant de l’Occupation nazie au boom des années 1960), Augias réunit une multitude de personnages et de faits pour en extraire l’histoire complexe d’une ville contradictoire, qui tient à la fois de la métropole et du village, où tout trait humain – la hardiesse et la couardise, la générosité et la paresse, l’ambition et la mollesse – a trouvé ses incarnations et la scène idéale où se donner en spectacle. 

Ce parcours à travers les siècles s’achève sur les  » illusions  » de Cinecittà, la cité du cinéma bâtie par le régime fasciste et devenue l’une des plus grandes usines à rêves du monde, d’où sont issus des films tels que La Dolce Vita de Fellini, qui ont transformé Rome en phénomène à portée internationale et en mythe moderne.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Clipperton, l’atoll du bout du monde (Jean-Louis Étienne)

Paru en Octobre 2005 chez Seuil (collection 7ème continent), ce récit du français  Jean-Louis Étienne nous dévoile les dessous d’une expédition scientifique sur cet atoll du Pacifique.

 

Clipperton, l’atoll du bout du monde Jean-Louis Étienne Seuil/ 7ème continent Octobre 2005

 

Quatrième de couverture:

« Une inquiétude grandissante commençait à me traverser l’esprit : et si je m’étais trompé, si nous n’arrivions pas à prendre pied sur l’île ? ! En cet instant précis, je réalisais l’ampleur du pari audacieux que j’avais pris, d’asseoir toute l’expédition sur l’incertitude du débarquement ».

Isolé sur l’océan Pacifique, Clipperton est un atoll sauvage, inhabité, défendu par une forteresse corallienne qui le rend inaccessible. L’opération fut périlleuse pour les hommes et le matériel.

De décembre 2004 à avril 2005, pendant les quatre mois passés sur l’île avec ma famille et une petite équipe, nous avons accueilli une quarantaine de chercheurs, qui se sont relayés pour étudier l’ensemble des espèces qui vivent sur cet îlot méconnu. Ces missions d’inventaires naturalistes s’imposent comme des outils indispensables à l’évaluation de l’impact des activités humaines sur le monde vivant. Car la nature n’est pas le décor de l’existence, c’est une mutuelle géante où toutes les espèces ont la vie en commun, et l’Homme n’échappe pas à la règle. Cette diversité biologique, aujourd’hui menacée, est indispensable à la survie de l’humanité.

Depuis que nous sommes revenus, l’atoll est à l’abandon et je m’emploie à ce que Clipperton trouve sa vocation : devenir une sentinelle pour la sauvegarde de l’océan.

 

Ce que j’en pense:

Clipperton, c’est un bout de terre appartenant à la France, loin, très loin de la métropole. Alors y voir débarquer une expédition scientifique, c’est un véritable parcours du combattant! C’est le pari – risqué mais réussi – de Jean-Louis Etienne.

À travers ce récit, le célèbre explorateur nous décrit comment s’est déroulé l’expédition Clipperton. Il nous fait entrevoir les difficultés qu’il a rencontré pour la mettre sur pied, mais se consacre essentiellement aux quatre mois passés sur l’atoll, aux rencontres avec les divers scientifiques qui s’y sont croisés, les difficultés de vivre en reclus malgré une connexion internet. Nous découvrons la diversité de la faune et de la flore de Clipperton, son histoire, les différents buts de cette expédition ( scientifiques, mais également affirmer la souveraineté de la France sur ce tout petit atoll).

Un agréable récit même pour les non-scientifiques comme moi!

Pour en savoir davantage, je vous invite à vous rendre sur le site de Jean-Louis Etienne dédié à cette expédition: ici!

 

 

Titre: Clipperton, l’atoll du bout du monde

Auteur: Jean-Louis Étienne

Première publication: Octobre 2005

Édition présentée: Seuil, collection 7ème continent (2005)

ISBN: 2-02-084566-0 (9782020845663)

 

Cette lecture a été faite dans le cadre du club de lecture VendrediLecture et compte pour le challenge ABC.

sur une île challenge abc 2013

Rendez-vous sur Hellocoton !

La malédiction de l’épouvanteur (L’épouvanteur #2) (Joseph Delaney)

Deuxième tome de la saga. Publié en 2005 sous le titre The Spook’s Curse, en 2006 en France.

La malédiction de l'épouvanteur Joseph Delaney Bayard Jeunesse 2006

La malédiction de l’épouvanteur
Joseph Delaney
Bayard Jeunesse
2006

Deuxième de couverture:

« Voilà six mois que tu es l’apprenti de M. Gregory, me dit maman. Tu as déjà été témoin de bien des événements. À présent, l’obscur t’a remarqué et va tenter de te neutraliser. Tu es en danger, Tom. Toutefois, rappelle-toi ceci: lorsque tu seras un homme, mon fils, ce sera au tour de l’obscur d’avoir peur, car tu ne seras plus la proie, tu seras le chasseur. C’est pour cela que je t’ai donné la vie. »

L’Épouvanteur et son apprenti, Thomas Ward, se sont rendus à Priestown pour y achever un travail. Dans les profondeurs de la cathédrale est tapie une créature que l’Épouvanteur n’a jamais réussi à vaincre. On l’appelle le Fléau.

Tandis que Thomas et M. Gregory se préparent à mener la bataille de leur vie, il devient évident que le Fléau n’est pas leur seul ennemi. L’Inquisiteur est arrivé à Priestown. Il arpente le pays à la recherche de tous ceux qui ont affaire aux forces de l’obscur! Thomas et son maître survivront-ils à l’horreur qui s’annonce?

Ce que j’en pense:

Thomas Ward, l’apprenti, fait ses preuves et découvre que son maître n’est pas invincible: les voici tous deux sur les traces d’une créature qui a tenu l’Épouvanteur en échec. Et la menace ne se trouve pas uniquement dans les souterrains sombres et humides de Priestown: l’Inquisiteur est là également, espérant mettre la main sur Tom et son maître, afin de les condamner au bûcher. Il tient d’ailleurs Alice, l’amie sorcière du jeune homme…

Dans ce tome, nous découvrons un peu plus de détails de la vie de l’Épouvanteur, nous faisons connaissance avec sa famille (ou ce qu’il en reste) et tout comme Tom, nous le voyons tel qu’il est vraiment: ce n’est qu’un homme, loin d’être sans faille!

Nous en apprenons un peu plus sur la mère de l’apprenti (j’avais déjà deviné à la lecture du premier tome…) grâce au récit que le père fait à son fils de sa rencontre avec sa mère. D’ailleurs, lors de son passage chez ses parents, Tom ne repart pas les mains vides: sa mère lui donne un objet qui lui sera essentiel pour son métier d’Épouvanteur.

Certaines scènes restent déconseillées à certains enfants, notamment celle décrivant ce qu’il arrive aux êtres qui se refusent au Fléau.. Brrr! Mais cela reste une lecture agréable, bien que que destinée à la jeunesse! J’ai eu plaisir de découvrir un nouveau méchant sous les traits de l’Inquisiteur. Cela rend la chance aux sorcières d’autant plus crédible. Les aventures de Tom Ward et de son maître sont sympathiques et voilà encore un roman que j’ai lu en peu de temps, même si je commence à m’interroger quant au reste de la série: l’auteur va-t-il parvenir à se renouveler pour chaque volume?

 

la malédiction de l'épouvanteur

Titre: La malédiction de l’épouvanteur (The Spook’ s Curse)

Auteur: Joseph Delaney

Première publication: 2005 (2006 pour la France)

Édition présentée: Bayard Jeunesse, 2006

Traduit de l’anglais par Marie-Hélène Delval

ISBN: 9782747017220
Rendez-vous sur Hellocoton !

Le cerveau de Kennedy (Henning Mankell)

Henning Mankell est un écrivain suédois né à Stockholm en 1948. Le cerveau de Kennedy est sa seizième publication pour adulte.

Le cerveau de Kennedy Henning Mankell Seuil (Janvier 2009)

Le cerveau de Kennedy
Henning Mankell
Seuil (Janvier 2009)

Quatrième de couverture:

Automne 2004. Louise Cantor quitte son chantier de fouilles du Péloponnèse pour rentrer en Suède. Impatiente de revoir son fils, elle le trouve mort dans son appartement de Stockholm.

Qui a tué Henrik? Pas un instant Louise ne veut croire que son fils unique se soit suicidé. Avec l’énergie du désespoir et une obstination d’archéologue, elle va tenter de reconstituer fragment par fragment les dernières années d’une vie brutalement interrompue. Secondée par Aron, le père d’Henrik qu’elle a déniché au fin fond de l’Australlie, Louise découvre que son fils avait une vie secrète, émaillée d’inquiétantes zones d’ombre.

Pourquoi Henrik s’intéressait-il tant au cerveau du président Kennedy, disparu lors de l’autopsie? Pourquoi avait-il un appartement clandestin à Barcelone? D’où provenait les grosses sommes d’argent dont il disposait? Que faisait-il au Mozambique dans un mouroir pour malades atteints du sida?

Quand Aron disparaît brutalement sans laisser de traces, Louise comprend qu’elle est aux prises avec des forces occultes qui la dépassent. Au bord du gouffre mais plus déterminée que jamais, ses pas la conduisent au coeur de l’Afrique. Une vérité effroyable l’y attend.

 À travers ce récit palpitant et lucide, Henning Mankell exprime sa colère contre le cynisme du monde occidental face au lent naufrage d’un continent rongé par le sida.

Ce que j’en pense:

J’ai été assez surprise par ce roman. En effet, j’ai vu par-ci par-là que Mankell était auteur de polar. Et bien, il n’écrit pas que du polar! La preuve! Ici, il s’agit plus d’un constat. L’Afrique est malade et se meurt du sida dans l’indifférence générale et certains semblent même profiter de cette misère pour faire des profits de façon pas très nette. Se servant du chagrin d’une mère en quête de vérité concernant son fils décédé, Henning Mankell nous plonge dans l’envers du décor, nous montre le côté obscur de certains organismes dédiés à l’aide aux malades. C’est un récit qui met mal à l’aise, qui pose tout un tas de questions sans donner de réponses. L’auteur nous démontre également que nos proches peuvent en fait être de parfaits étrangers dont on ignore tout. C’est un roman assez dérangeant décrivant crûment et sans détour des mouroirs de fortune.

On ne ressort pas indifférent d’une telle lecture. M’attendant à un polar, j’ai été déçue, mais toute la réflexion  que donne se récit est intéressante et effrayante à la fois. En effet, comment ne pas être horrifiée en constatant qu’au XXIème siècle, il existe encore un trafic d’êtres humains? Pourquoi laisse-t-on faire? Est-ce le cas uniquement en Afrique? Qui sont les personnes derrière tout cela? Bref, un constat vraiment alarmant sur notre société.

le cerveau de kennedy

Titre: Le cerveau de Kennedy (Kennedys hjärna)

Auteur: Henning Mankell

Première publication: 2005

Édition présentée: Seuil, Janvier 2009.

Traduit du suédois par Rémi Cassaigne

Rendez-vous sur Hellocoton !