Chercher le vent (Guillaume Vigneault)

Roman du québécois Guillaume Vigneault ( 05/08/1970-  ), publié en 2001 aux éditions Boréal. Il a reçu le Prix Philippe-Roussillon en 2002.

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

La paix a son prix, et il faut parfois brûler les ponts. Il y a déjà longtemps que Jack vit sans Monica. Longtemps aussi que Jack vit sans Jack, un peu. Mais on a beau enterrer les souvenirs, l’érosion fait son travail. Chercher le vent nous entraîne sur la route, la route sans destination, simplement parce qu’il faut bouger, parce qu’il faut prêter ses voiles au hasard. 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Publicités

Antigone (Jean Anouilh)

Pièce de théâtre du français Jean Anouilh (23/10/1910 – 03/10/1987), rédigée entre 1941 et 1942 et dont la première représentation eut lieu en 1944. Le texte est publié en 1946 aux éditions de La Table Ronde.

 

 

Présentation de l’éditeur:

«L’Antigone de Sophocle, lue et relue et que je connaissais par cœur depuis toujours, a été un choc soudain pour moi pendant la guerre, le jour des petites affiches rouges. Je l’ai réécrite à ma façon, avec la résonance de la tragédie que nous étions alors en train de vivre.»
Jean Anouilh.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Le mystère de la roche percée (Enid Blyton)

Il s’agit du quatrième titre sur six de la série Barney Mysteries de la romancière britannique Enid Blyton (11/08/1897 – 28/11/1968).

 

Quatrième de couverture:

Voici Toufou et son épagneul Crac, ses cousins Nelly et Roger, ainsi que leur ami Sylvain, accompagné de sa petite guenon Virginie, dans une suite d’aventures plus palpitantes que jamais.

Les vacances sur une plage près d’une base sous-marine secrète où des événements étranges ont lieu… La mer toujours dangereuse avec ses tourbillons, ses marées sournoises et souvent meurtrières… Une vieille auberge aux pensionnaires bizarres, parfois même louches… Qui est l’espion? L’énigmatique professeur Jacquet? M. Miracle, le surprenant prestidigitateur? Ou le pitre du music-hall?

Comme on aimerait vivre des aventures aussi mouvementées et pleines d’imprévu que celles des enfants Verdier!

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Dernières nouvelles de Dracula (collectif)

Publié en 1991, cette anthologie contient des nouvelles inédites écrites spécialement pour les cent ans du Dracula de Bram Stoker. Ce recueil est édité en France depuis mars 1996.

 

 

Présentation de l’éditeur:

De Hollywood aux camps de concentration, de la Roumanie de Ceaucescu aux plages de Floride, hantant les vieux châteaux comme les centres commerciaux, les vampires sont partout. Acteurs, tueurs à gages ou paisibles retraités, prenant l’apparence d’innocentes petites filles ou de… vamps, ils vous guettent, vous, observent, prêts à vous saigner à blanc ou à vous inviter à rejoindre le club…

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

3 minutes 33 secondes (Esi Edugyan)

3 minutes 33 secondes est le deuxième roman de la Canadienne Esi Edugyan (1977 –  ). Publié en 2011, il a reçu le Prix Giller au Canada.

 

 

3 minutes 33 secondes

Présentation de l’éditeur:

Un disque de 3 minutes 33 secondes, c’est tout ce qu’il reste de ce temps-là. De ce Paris occupé où trois jazzmen planqués pour échapper aux nazis tentaient malgré tout d’enregistrer un morceau. Sid, Chip, et Hiero, deux Noirs de Baltimore et un métis allemand, unis le temps d’un enregistrement frondeur, au nez et à la barbe de l’ennemi. Avant, c’est à Berlin qu’ils jouaient, quand l’Amérique marquait le tempo des folles nuits européennes. Avant que Goebbels n’interdise cette «musique nègre» et qu’eux trouvent refuge en France et rencontrent le grand Armstrong. Mais, parfois, il ne faut guère plus de trois minutes pour qu’un destin bascule. Un regard enjôleur, une ligne de basse qui dérape, des papiers qui n’arrivent pas… Alors restent les souvenirs, ces moments hors du temps qui font le sel de la vie.
Dans ce roman émouvant et drôle, où fiction et réalité se confondent, Esi Edugyan brosse le portrait d’une époque, d’un milieu, d’une amitié, retrouvant les accents savoureux et le langage des musiciens noirs américains.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Histoires extraordinaires (Edgar Allan Poe)

Histoires extraordinaires est un recueil de nouvelles écrites entre 1832 et 1845 par l’américain Edgar Allan Poe (19/01/1809 – 07/10/1849). Ces nouvelles ont été traduites et réunies sous ce titre par Charles Baudelaire en 1856. Selon Wikipedia, le recueil est constitué de:

  • Double assassinat dans la rue Morgue (1841)
  • La Lettre volée (1845)
  • Le Scarabée d’or (1843)
  • Le Canard au ballon (1844)
  • Aventure sans pareille d’un certain Hans Pfaall (1839)
  • Manuscrit trouvé dans une bouteille (1833)
  • Une descente dans le Maelstrom (1841)
  • La Vérité sur le cas de M. Valdemar (1845)
  • Révélation magnétique (1844)
  • Souvenirs de M. Auguste Bedloe (1844)
  • Morella (1835)
  • Ligeia (1838)
  • Metzengerstein (1832)

 

 

histoires-extraordinaires

Quatrième de couverture:

Pénétrante analyse ou extraordinaire intuition du détective amateur Auguste Dupin, qui lit dans les pensées et résout des énigmes?

Les six histoires ici réunies d’Edgar Poe, l’un des fondateurs de la littérature américaine, illustrent pareillement l’étonnant mélange de raison et d’imagination, de méthode et de rêve, de vécu et de désiré qui produit le fantastique…

La traduction du poète Charles Baudelaire a rendu ces histoires célèbres.

 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Miss Marple au Club du Mardi (Agatha Christie)

Publié en 1932, il s’agit d’un recueil de treize nouvelles de la britannique Agatha Christie ( 15/09/1890- 12/01/1976). La première édition française parut en 1966 et séparait les treize récits en deux volumes: Miss Marple au Club du Mardi et Le Club du Mardi continue. En 1991, les deux volumes seront enfin réunis en un seul, comme l’édition originale.

 

Présentation de l’éditeur:

Chaque mardi soir, Jane Marple réunit ses amis pour tenter de résoudre une série d’énigmes prétendument insolubles. Mais voilà, Miss Marple est convaincue qu’aucun mystère ne doit pouvoir résister à un certain type d’esprit… Et si c’était le sien justement ? C’est ce qu’elle va tenter de nous prouver avec son club du mardi, en s’attaquant à treize cas des plus complexes… 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Le roi Arthur (Amaury Chauou)

Publié en Septembre 2009 aux éditions du Seuil, le Roi Arthur est un essai du français Amaury Chauou.

 

 

Roi Arthur - Chauou

 

Présentation de l’éditeur: 

Des romans de la Table Ronde à la série Kaamelott, de Merlin l’Enchanteur aux Monty Python, les exploits d’Arthur et de ses chevaliers ont nourri un imaginaire merveilleux et foisonnant. Mais qui était vraiment le roi Arthur ? Un chef de guerre breton du Ve siècle ? Un personnage fictif inventé par les chroniqueurs à partir du Xe siècle ? La Table Ronde et ses chevaliers ont-ils vraiment existé ? 

Derrière la légende, cet ouvrage part à la recherche de l’Arthur historique. À l’appui de multiples sources, il retrace le long processus qui amena, au Moyen Âge, les monarques anglais à se réapproprier la figure emblématique de ce roi.

Instruments politiques voire idéologiques, Arthur et ses chevaliers en viennent bientôt à servir les intérêts de la chrétienté avec la quête du fameux Graal, tandis que les progrès de l’idéal chevaleresque gagnent toutes les cours européennes et assurent une renommée sans fin au grand monarque britannique.

Un portrait sans précédent d’Arthur, souverain d’un univers magique où les hauts faits le disputent aux trahisons, peuplé de dragons, de mages et de belles dames dont les aventures n’ont pas fini de faire rêver. L’exemple le plus frappant d’une légende au service de l’histoire.
Amaury Chauou est professeur d’histoire en classes préparatoires à Brest. Il a publié plusieurs ouvrages sur les Plantagenêts.

 

 

Lire la suite

Les madeleines de Marcel!

Nous sommes Samedi! C’est donc le jour de #ÇaMeDitPâtisserie! Qu’est-ce que c’est? Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’un hashtag lancé sur Twitter par @ducleto consistant à préparer une pâtisserie le samedi. Avec ou sans photo, avec ou sans recette, un partage sur Twitter et voilà! L’occasion de découvrir des recettes et de les partager!

La semaine dernière, le blog VendrediLecture a partagé une recette de madeleines que j’ai testée. Le résultat fut approuvé par toute ma tribu, qui en réclame d’autres!

Alors zou! En cuisine!
Lire la suite

Le joueur (Fiodor Dostoïevski)

Publié en 1866 par le russe Fiodor Dostoïevski (30/11/1821 – 28/01/1881), le Joueur est en grande partie inspiré par la vie de l’auteur. Il sera publié en France par Plon en 1887.

 

DSC04034

 

Résumé de l’éditeur:

Alexis Ivanovitch joue d’abord pour gagner, puis pour étonner, enfin pour espérer. Il n’a pas misé seulement de l’argent mais sa vie elle-même. Ce récit suit comme une ombre la vie de Dostoïevski, durant quinze ans, à Moscou et à Baden-Baden où il se ruina au jeu. Jouer, c’est tenter le diable, c’est aussi tenter Dieu. Alexis a voulu tout risquer, toucher le fond pour connaître la compassion et la grâce divine. Il y a une autre malédiction dans la vie du joueur, une femme-bourreau, Pauline, la belle-sœur du général qu’il sert comme précepteur. C’est, dans la vie de l’auteur, Apollinaria, que Dostoïevski aima d’un amour douloureux. Autour d’eux, des êtres malfaisants ou étonnants, dévorés par la passion du gain. Ce court roman, plein de brio, annonce toute l’œuvre de Dostoïevski. « Demain, demain tout cela finira », dit le joueur qui recommence à jouer éternellement.

Ce que j’en pense:

Je découvre Dostoïevski avec ce roman. On y découvre un portrait grinçant des Français et des Allemands, que l’auteur semble ne pas beaucoup apprécier! Mais il sait également se montrer critique envers les russes et envers lui-même. En effet, ce roman a une grande part autobiographique, Dostoïevski ayant eu des problèmes d’addiction au jeu, à la roulette notamment. Ainsi, Alexis Ivanovitch, précepteur bien sous tout rapport, amoureux de Pauline, va se transformer en un tout autre homme au contact du jeu. Dans un état second, comme en transe, il va jouer, gagner et perdre des sommes considérables.

La fièvre provoquée par le jeu est également bien décrite au travers du personnage de la grand-mère, Antonine Vassilievna Tarassevitch, que tout le monde ou presque croyait sur le point de mourir. Cette femme, se déplaçant en fauteuil roulant, a une forte personnalité, une détermination à toute épreuve. Ou presque. Car face au jeu, elle succombe, avec frénésie.

« Hébété », « fou », ayant l’impression d’avoir passé son « temps dans un asile d’aliénés », tel est le ressenti d’Alexis Ivanovitch face à ce tourbillon du jeu qui l’emporte, lui faisant tout oublier, qui il est, jusqu’à la femme qu’il aime et pour laquelle il était prêt à tout. Et au delà de l’argent qu’il a perdu, c’est aussi celle qui compte à ses yeux qu’il perd. Il se perd lui-même.

 

Édition présentée: Le Livre de Poche Classique, édition de 1962, préfacée par Michel Butor. Traduit du russe par Sylvie Luneau. Domaine public. Disponible en numérique et en audio.

 

Lecture faite dans le cadre du challenge Goodreads et le Club de Lecture VendrediLecture de Janvier.

CLVL Jan2015

Rendez-vous sur Hellocoton !