Les vents mauvais (Michael Marshall)

Roman du britannique Michael Marshall Smith publié en 2009.

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Après la mort inexplicable de son petit garçon, tué par une force invisible avant de sombrer dans le lac qui bordait leur maison, John Henderson a quitté la ville de Black Ridge. Trois ans plus tard, un appel téléphonique, pris tout d’abord pour une sinistre plaisanterie, le fait revenir sur les lieux de la tragédie. Cherchant des réponses au mystère qui a anéanti sa vie, John s’enfonce dans la petite bourgade malfaisante. Les vents venus de la forêt lui glacent le sang, les maléfices du lieu opèrent à nouveau…

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Publicités

L’inconsolé (Kazuo Ishiguro)

L’inconsolé est un roman du britannique d’origine japonaise Kazuo Ishiguro ( 08/11/01954 –  ), Prix Nobel de Littérature 2017, publié en 1995 sous le titre The Unconsoled. La traduction en français de Sophie Mayoux paraît aux éditions Calmann-Levy en 1997.

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Pianiste de renommée internationale, Ryder a accepté de donner un récital dans une petite ville d’Europe centrale où il est attendu comme le messie. Â peine débarque-t-il, épuisé, de son long voyage, qu’il devient la proie d’une cohorte d’admirateurs aussi obséquieux qu’envahissants. Sans cesse distrait d’un programme officiel dont i1 ne se souvient pas, manquant systématiquement ses rendez-vous, il plonge peu à peu dans un univers étrange et imprévisible. Les gens, les lieux et les durées s’enchevêtrent mystérieusement, sans susciter chez lui autre chose qu’une légère surprise… 
Intensément comique et envoûtant, L’Inconsolé, déjà traduit dans vingt pays, a été salué par la critique internationale comme un chef-d’oeuvre. 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

La dernière réunion des filles de la station service (Fannie Flagg)

Roman de l’américaine Fannie Flagg ( 21/09/1944 –   ), publié en 2013 sous le titre The All-Girl Filling Station’s Last Reunion. La traduction française de Jean-Luc Piningre paraît en 2015 aux éditions du Cherche Midi.

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Point Clear, Alabama. Après avoir marié la dernière de ses filles, Sookie Poole aspire à un repos bien mérité. Elle aimerait se consacrer enfin à elle, à son couple, faire avec Earle, son mari, les voyages dont elle rêve. Mais elle doit encore compter avec sa mère, l’incroyable Lenore Simmons Krackenberry qui, à 88 ans, épuise les infirmières à domicile les unes après les autres. Si certains de ses coups d’éclat récents peuvent laisser penser qu’elle souffre de démence sénile, le diagnostic n’est pas aisé à établir car, toute sa vie, son comportement a été des plus excentriques.
Le jour où un mystérieux interlocuteur révèle à Sookie un secret de famille parfaitement inattendu, son existence vole en éclats, à commencer par ses rapports avec sa mère. Afin de comprendre qui elle est vraiment, Sookie va alors se mettre sur la piste d’une femme exceptionnelle, Fritzi, qui, en 1940, tenait avec ses trois sœurs une station-service dans le Wisconsin. Le destin incroyable de Fritzi donnera-t-il à Sookie une nouvelle inspiration pour sa propre vie ?

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Histoire de Lisey (Stephen King)

Roman de l’américain Stephen King (21/09/1947 –  ), publié en 2006 sous le titre Lisey’s Story. La traduction en français de Nadine Gassie paraît en 2007 aux éditions Albin Michel. Histoire de Lisey a reçu le Prix Bram Stoker du meilleur roman 2007.

 

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Pendant vingt-cinq ans, Lisey a partagé les secrets et les angoisses de son mari. Romancier célèbre, Scott Landon était un homme extrêmement complexe et tourmenté. Il avait tenté de lui ouvrir la porte du lieu, à la fois terrifiant et salvateur, où il puisait son inspiration. À sa mort, désemparée, Lisey s’immerge dans les papiers laissés par Scott, s’enfonçant toujours plus loin dans les ténèbres qu’il fréquentait…

Histoire de Lisey est le roman le plus personnel et le plus puissant de Stephen King. Une histoire troublante, obsessionnelle, bouleversante, mais aussi une réflexion fascinante sur les sources de la création, la tentation de la folie et le langage secret de l’amour. Un chef-d’oeuvre.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

La chute (Albert Camus)

Court roman du français Albert Camus (07/11/1913 – 04/01/1960), Prix Nobel de littérature en 1957, publié aux éditions Gallimard en 1956.

 

 

 

Quatrième de couverture:

Sur le pont, je passai derrière une forme penchée sur le parapet, et qui semblait regarder le fleuve. De plus près, je distinguai une mince jeune femme, habillée de noir. Entre les cheveux sombres et le col du manteau, on voyait seulement une nuque, fraîche et mouillée, à laquelle je fus sensible. Mais je poursuivis ma route, après une hésitation… J’avais déjà parcouru une cinquantaine de mètres à peu près, lorsque j’entendis le bruit, qui, malgré la distance, me parut formidable dans le silence nocturne, d’un corps qui s’abat sur l’eau. Je m’arrêtai net, mais sans me retourner. Presque aussitôt, j’entendis un cri, plusieurs fois répété, qui descendait lui aussi le fleuve, puis s’éteignit brusquement. 

 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

La plume empoisonnée (Agatha Christie)

Roman de la britannique Agatha Christie (15/09/1890 – 12/01/1976), publié en 1942 sous le titre The Moving Finger.

 

 

 

Quatrième de couverture:

Le notaire, le médecin, la femme du pasteur… tout le monde y passe. Et le doute s’insinue dans les esprits. Il n’y a pas de fumée sans feu… Pourtant les accusations portées par les lettres anonymes qui déferlent sur Lymstock sont tout à fait grotesques. Ne serait-il pas plus judicieux de s’attaquer aux petits scandales qui émaillent la vie du village?

Il n’empêche qu’à force de bombarder la petite communauté de propos aussi invraisemblables qu’orduriers, il finira bien par toucher juste un jour. Et qui sait s’il ne déclenchera pas un drame?

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

La princesse de Clèves (Madame de Lafayette)

Roman de Marie-Madeleine de Lafayette (18/03/1634 – 25/05/1693), publié en 1678.

 

 

 

Quatrième de couverture:

« Elle passa tout le jour des fiançailles chez elle à se parer, pour se trouver le soir au bal et au festin royal qui se faisait au Louvre. Lorsqu’elle arriva, l’on admira sa beauté et sa parure; le bal commença et, comme elle dansait avec M. de Guise, il se fit un assez grand bruit vers la porte de la salle, comme de quelqu’un qui entrait et à qui on faisait place. Mme de Clèves acheva de danser et, pendant qu’elle cherchait des yeux quelqu’un qu’elle avait dessein de prendre, le roi lui cria de prendre celui qui arrivait. Elle se tourna et vit un homme qu’elle crut d’abord ne pouvoir être que M. de Nemours, qui passait par-dessus quelques sièges pour arriver où l’on dansait. Ce prince était fait d’une sorte qu’il était difficile de n’être pas surprise de le voir quand on ne l’avait jamais vu, surtout ce soir-là, où le soin qu’il avait pris de se parer augmentait encore l’air brillant qui était dans sa personne, mais il était difficile aussi de voir Mme de Clèves pour la première fois sans avoir un grand étonnement. »

 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Pamphlet contre un vampire (Sophie Jomain)

Roman Young Adult fantastique de la française Sophie Jomain, publié en décembre 2011 aux éditions Rebelle.

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur: 

« S’il y a bien un truc qui m’agace, ce sont les romans à l’eau de rose sauce vampire. Mais qu’ont-elles, à la fin, ces amoureuses de Dracula d’opérette ? Ça ne tourne vraiment pas rond chez elles et ça commence à bien faire ; il est grand temps de rétablir la vérité : les vampires n’existent pas. Comment ça, « et s’ils existent ? » ? Eh bien, s’ils existent, je vais m’occuper de leur refaire le portrait, ça changera ! Je vais jeter sur mon blog un pamphlet ; un pamphlet contre les vampires. Et si, par le plus grand des hasards, un certain Hugo Rivoire – un garçon aussi mignon qu’effrayant – décide de me faire fermer mon clapet, il trouvera à qui parler ! Parfaitement ! Sauf que mon petit doigt me dit que je risque de le regretter… »

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

La légende du Roi Arthur (Martin Aurell)

Essai de l’espagnol, naturalisé français en 1992, Martin Aurell (23/02/1958 – ), publié aux éditions Perrin en Novembre 2007.

 

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Le roi Arthur est au coeur d’une des légendes les plus populaires de l’Occident, une source inépuisable d’inspiration pour écrivains, artistes et cinéastes. Mais on se pose encore de nombreuses questions sur son identité. Arthur fut-il un chef de guerre celte combattant, vers 600, les envahisseurs anglo-saxons de la Grande-Bretagne ou bien une divinité païenne, assimilée par sa force colossale à l’ours ? Les historiens peinent à répondre. 
Ce n’est, en effet, qu’à partir du IXsiècle qu’Arthur devient un personnage «historique», le paladin de la résistance des Celtes de Grande-Bretagne contre les Germains venus du continent. Trois siècles plus tard, il incarne le conquérant du nord de l’Europe. On le dit disparu dans l’île mystérieuse d’Avalon où des fées aimantes pansent ses blessures. Dès lors, la légende prend son essor : Chrétien de Troyes entre autres romanciers s’en empare; Merlin et les chevaliers de la Table ronde y occupent les premiers rôles. 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

La ligne verte (Stephen King)

Roman-feuilleton fantastique publié en 1996 en 6 épisodes par l’américain Stephen King (21/09/1947 –  ). Il est paru en intégrale en 1997.

 

 

 

Quatrième de couverture:

« Ça s’est passé en 1932, quand le pénitencier de l’État se trouvait encore à Cold Mountain. Naturellement, la chaise électrique était là. Ils en blaguaient, de la chaise, les détenus, mais comme on blague des choses qui font peur et auxquelles on ne peut échapper. Ils la surnommaient Miss Cent Mille Volts, la Veuve Courant, la Rôtisseuse. »

Dans le bloc des condamnés à mort, au bout d’un long couloir que les prisonniers appellent la ligne verte, la chaise électrique attend John Caffey. Le meurtrier des petites jumelles Detterick, jadis découvert en larmes devant leurs cadavres ensanglantés.

Paul Edgecombe, le gardien-chef, l’accueille comme les autres, sans état d’âme. pourtant, quelque chose se trame… L’air est étouffant, la tension à son comble. Un rouage va lâcher, mais pourquoi? Les provocations sadiques d’un maton dérangé, la présence d’une souris un peu trop curieuse, l’arrivée d’un autre condamné?

Aux frontières du roman et du fantastique, ce récit est avant tout une brillante réflexion sur l’exécution capitale.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite