La Règle de quatre (Ian Caldwell et Dustin Thomason)

Roman des américains Ian Caldwell et Dustin Thomason, publié en 2004 sous le titre The Rule of Four. La traduction française de Hélène Le Beau et François Thibaux paraît en 2005 aux éditions Michel Lafon.

 

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Depuis 1499, des savants tentent de décoder un chef-d’oeuvre de la Renaissance, Le Songe de Poliphile. Écrit en cinq langues, orné de gravures érotiques et violentes, ce texte a résisté à tous les assauts, brisé des destins, des amitiés et des vies. Pourtant, deux étudiants de Princeton osent s’y mesurer et, au fil de messages cachés, découvrent l’histoire d’un prince du Quattrocento et l’existence d’une crypte secrète qui recèle des trésors inouïs. Ils croyaient échapper à la malédiction de cette énigme. Mais pour la défendre, certains sont prêts à mourir et à tuer.

 

Ce que j’en pense:

Vous aimez les thrillers et les récits à énigmes qui explorent l’Histoire? Alors ce roman est fait pour vous. Ici, une bande d’étudiants se retrouvent face au mystérieux Hypnerotomachia Poliphili, un récit écrit au XVè siècle et dont l’identité de l’auteur et la véritable teneur enfermée dans ses pages restent non identifiés. C’est ainsi que Paul va faire de cet ouvrage le sujet de sa thèse et va aussi par la même occasion être totalement aspiré par cette énigme. Le narrateur de ce récit, Tom, dont le père à lui-même eut à faire à l’Hypnerotomachia, va lui prêter main forte, et sera « sauvé » de cette sorte de vampirisation qu’exerce ce texte de la Renaissance sur ceux qui l’étudient par sa petite amie. Mais, même de loin, Tom va veiller à sa manière sur Paul ou plutôt, Paul le tiendra au courant de ses découvertes. Et ces découvertes sont tellement convoitées que bientôt, un meurtre est commis sur le campus de Princeton…

Impossible de ne pas faire le lien entre ce roman et le Da Vinci Code de Dan Brown paru l’année précédant la publication de cet ouvrage. Si chez Dan Brown est davantage avec des courses poursuites, des explosions, bref dans un style très hollywoodiens, La Règle de quatre est plus sobre, davantage dans l’étude de ce texte aux apparences obscures qu’est l’Hypnerotomachia. Le rythme est plutôt lent, les péripéties moins spectaculaires que chez Dan Brown, mais cela reste cependant une plongée intéressante dans une des grandes énigmes de l’Histoire. J’ignorais, pour ma part, l’existence de ce texte. Je n’irai pas pour autant tenter de le lire, mais c’est toujours bien de découvrir des choses à travers la lecture. Le rythme peu soutenu fait ressentir quelques longueurs, et j’ai eu plusieurs fois envie de secouer tout ce beau monde pour qu’ils se bougent, qu’il y ait un peu d’action. Si Dan Brown était dans le « trop », le duo présenté aujourd’hui est dans le « trop peu »…

Instructif, ce roman se traîne un peu et ce qui est présenté comme un thriller devient plus une chasse au trésor gentillette entre étudiants. Une lecture agréable mais sans plus, qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

 

 

Édition présentée: Le Livre de Poche (10/05/2006). Titre original: The Rule of Four. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Hélène Le Beau et François Thibaux. ISBN/EAN13: 9782253114499.

 

Lecture faite dans le cadre du challenge 12 mois 12 titres 2019

 


2 réflexions sur “La Règle de quatre (Ian Caldwell et Dustin Thomason)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.