Terreur en Gévaudan (Philippe Mignaval)

Roman du français Philippe Mignaval ( 10/06/1956 –  ), publié sous le titre Gévaudan en mars 2006 aux éditions Pré aux Clercs.

 

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

L’effroyable bête qui, au XVIIIe siècle, avait tué et dévoré une centaine de petits bergers et bergères, est de retour dans les campagnes obscures du Gévaudan. La voilà qui aujourd’hui réitère son parcours meurtrier. La rencontre entre la jeune et troublante Margeride et un fringant scientifique n’y est pas pour rien. Magie noire ou manipulation génétique ? Quoi qu’il en soit, si l’on tue ou capture le monstre échappé à ses re-créateurs, on connaîtra enfin son identité, lui qui cristallise tant de mythes, délires et fantasmes à propos de méchants loups, de loups-garous et de vampires. Ce thriller de Philippe Mignaval se fonde sur les cauchemars ancestraux de notre civilisation. Notre Gévaudan intérieur.

 

Ce que j’en pense:

La majorité de ce thriller est narré à la première personne, du point de vue d’un scientifique dont le domaine est la génétique. Rencontrant une jeune étudiante lors d’un colloque organisé lors de l’ouverture du Musée de la Bête du Gévaudan, la belle Margeride, notre scientifique va découvrir grâce à elle quelque chose qui lui permettrait enfin de savoir ce qu’était cette Bête tant entourée de mystères. Alors quand des attaques ont lieu dans les environs, rappelant beaucoup celles ayant eu lieu au XVIIIè siècle, rapidement, il devient évident que la Bête est de retour. Toujours aussi insaisissable, aussi sanguinaire, meurtrière, terrifiante.

Si la tension face aux méfaits de la Bête est palpable et bien rendue, si les indices qui mènent à l’identifier sont bien répartis et amenés dans le récit, il y a cependant un aspect qui ne m’a pas super emballée. L’auteur a ajouté à son intrigue principale une rivalité amoureuse, pour ajouter un peu de « piquant », j’imagine. Cela donne lieu à des scènes érotiques qui sont pour moi dispensables, sans parler de pratiques sexuelles que je trouve malsaines. L’intrigue autour de la Bête se suffisait à elle-même. Alors pourquoi? Pour montrer que nous sommes tous des bêtes, à notre façon? Possible…

Cela reste un récit agréable, bien documenté, qui oscille entre faits historiques et légendes, ces dernières nourrissant notre imaginaire, nos peurs.

 

Édition présentée: De Borée Poche (16/05/2019). ISBN/EAN13: 9782812925276.

 

Merci aux éditions De Borée pour leur confiance et

cette plongée dans une des plus grands mystères de notre Histoire!

 

 


2 réflexions sur “Terreur en Gévaudan (Philippe Mignaval)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.