Meurtre à Albi (Morgane Rocher)

Roman de la française Morgane Rocher, publié en auto-édition le 6 mai 2019

 

 

 

 

Présentation:

Mégane La Roche est une jeune lieutenant de Police au Commissariat d’Albi. Lors d’une ronde dans la ville avec son ami et collègue, le Lieutenant Élie Karo, ils entendent un coup de feu. Ils se rendent sur place et y découvrent un cadavre. Une enquête est alors ouverte mais cela ne sera pas aussi simple. Elle va devoir redoubler d’efforts car l’enquêtes’épaissit. Surtout qu’en parallèle, Mégane va travailler sur une affaire personnelle: on en veut à la vie d’une de ses amies! Entre meurtre et menace de mort, aucun repos n’est permis pour Mégane…

 

Ce que j’en pense:

En auto édition, on peut croiser du très bon comme du très mauvais. Ce récit fait partie de la seconde catégorie. Ce que je dis est dur, j’en suis consciente. Mais honnêtement, je ne sais pas comment minimiser. J’ai bien tenté de trouver un aspect positif, en vain… J’en suis la première navrée. Je sais que l’écriture demande du temps, du travail, qu’un auteur voit son récit comme son bébé, et que l’accouchement peut être long et douloureux. Pourtant, il faut se rendre à l’évidence, rien ne va avec ce roman.

Tout d’abord, ce roman est présenté comme un polar. D’accord, on a bien un meurtre au début du récit, on a bien une arrestation à la fin, mais entre les deux… Rien, absolument rien ne permet de vraiment relier les deux. L’enquête menée par l’héroïne est une farce. Le récit est davantage une exposition bavarde de la vie de l’héroïne, cette dernière ressemblant davantage à une adolescente qu’à un lieutenant de police dans ses agissements, ses réflexions. Je crois que la première chose qu’attend un lecteur, c’est un minimum de réalisme, de crédibilité. Le lecteur veut croire que l’histoire qu’il lit est possible. Pour cela, plusieurs choses entre en compte: le décor, l’univers, les personnages. Et pour ce roman, niveau personnage, désolée mais rien ne va. Mégane La Roche est lieutenant de police. J’ai eu l’impression tout au long du récit d’avoir à faire à une adolescente. De par sa profession, elle est censée être quelqu’un de mature, terre à terre. Parler dès la première page de son aversion pour les poupées Barbie… Comment dire… C’est assez surprenant.

Il y a également cette vie en colocation… avec son coéquipier, entre autres. Là encore, on est sur du schéma adolescent/jeune adulte assez peu crédible. Et que dire des dialogues? Il ne faut pas que ce soit seulement pour discuter, il faut que ça apporte quelque chose au récit. Par exemple, l’entame du chapitre 3, qui nous parle du repas délicieux, info d’une inutilité flagrante… ou encore le chapitre 8, parfait exemple de dialogue inutile qui ne donne aucune info et qui n’est là que pour brasser du vent.
Il m’a été répondu qu’il s’agissait d’un roman à destination de la jeunesse. Mais, dans le cas d’une littérature jeunesse, n’aurait-il pas été plus judicieux d’adapter l’âge de l’héroïne à celui du public visé, afin qu’il y ait une meilleure identification au personnage? C’est en tout cas ce que font les autres auteurs jeunesse et ça marche très bien! Je comprends que l’autrice défende son roman, le fruit de son travail, qui d’après ses dires lui a pris 6 ans, mais un auteur doit se montrer honnête envers son lectorat. L’héroïne ressemble plus à une adolescente qu’à une adulte ayant des responsabilités: Morgane Rocher, l’autrice, ne montre pas la réalité, elle ment à ses lecteurs. La vie, ce n’est pas ça. Il aurait été plus judicieux de faire enquêter une bande d’adolescents ou de jeunes adultes, qu’un lieutenant de police absolument pas crédible et réaliste. C’est ce que je pense. J’ai le droit de ne pas aimer, j’explique pourquoi.
Je vous partage ci-dessous la réponse de Morgane Rocher. J’ai donné mon opinion sur son roman, je vous laisse découvrir son point de vue:

Bonjour Virginy,

Merci pour votre retour mais je dois avouer que ce n’est pas le retour auquel je m’attendais. Mais mon livre ne peut pas plaire à tout le monde, je le conçois.

Je vous le dis de suite, mon roman est destinée à la jeunesse donc en quelque sorte, je me mets au niveau des lecteurs. Après, j’ai des adultes qui l’ont lu et qui ont bien aimé.

Ce livre, j’aurai mis 6 ans à l’écrire donc c’est beaucoup de travail, j’ai apporté des modifications afin de l’améliorer au mieux pour sa sortie, suite aux indications de mes bêta-lecteurs. J’en ai quelques-uns qui m’ont dit ce qu’il n’allait pas dans mon livre donc j’ai corrigé. Ils l’ont lu une dernière fois et ils n’ont pas trouvé d’autres choses qui n’allaient pas.

Je conçois que le lecteur attend un minimum de réalisme/crédibilité et dans les retours que j’ai eus, on m’a dit que c’était déjà plus crédible par rapport à mon premier roman où certaines choses n’étaient pas vraiment possible.

Je ne comprends pas ce que vous avez trouvé dans le décor et l’univers, ce qui n’est pas crédible. Est-ce que vous pouvez me citer des exemples pour que je me rende compte à quoi vous faîtes référence ?

Sinon, pour le personnage de Mégane La Roche, elle est comme elle est. Et comme c’est un livre pour la jeunesse, il faut que ça soit sympa à lire et non, quelque chose qui est trop « professionnel ».

Pour la colocation, Élie KARO qui d’abord son ami avant d’être son coéquipier donc c’est crédible. Et c’est normal, je trouve, d’être sur un schéma adolescent/jeune adulte quand on écrit pour la jeunesse.

Je suis une grande fan des dialogues et même si ça n’apporte rien à l’histoire, comme dans tous mes livres, je trouve que ça ne fait pas de mal, un petit chapitre sympa !

J’ai pris un peu de temps pour vous répondre car j’ai été à fond sur l’écriture dernièrement.

 

Suite à cet échange de mails avant de rédiger cet avis, j’ai un peu eu l’impression de me heurter à un mur, que mes arguments n’étaient pas entendus, pas compris. Tant pis. Dommage…

 

Édition présentée: auto-édition (mai 2019).

 

 

 


Une réflexion sur “Meurtre à Albi (Morgane Rocher)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.