Avec toutes mes sympathies (Olivia de Lamberterie)

Essai/témoignage de la française Olivia de Lamberterie publié aux éditions Stock (collection La Bleue) le 22 Août 2018. Cet ouvrage a reçu le Prix Renaudot Essai 2018.

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

« Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions.
Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation.
Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.
Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. » O. L.

 

Ce que j’en pense:

Récit hommage à son frère disparu, Olivia de Lamberterie nous livre ici un témoignage poignant sur la perte d’un proche, sur le deuil. En retraçant le parcours de ce frère disparu, on découvre le côté inévitable de cette disparition, comme une malédiction de famille. Insérant dans son récit des mails écrits par Alex, ce frère dont elle était très proche, elle nous fait entrer dans son cercle familial, dans cette intimité, elle donne vie à celui qui n’est désormais qu’un souvenir, elle partage avec nous toute son espièglerie mais aussi sa souffrance, et à travers elle, le lecteur découvre et apprend à aimer Alex. On s’y attache, et avec l’autrice, on pleure sa disparition.

À travers ses mots, l’autrice nous montre le travail de sape insidieux de la maladie, les ravages qu’elle laisse sur son sillage, invisibles et irréparables. Cette maladie silencieuse qui ronge, ronge, jusqu’à tout dévorer. Jusqu’à ne plus rien laisser, si ce n’est la douleur, le chagrin des proches, et le souvenir comme seule consolation. On sent l’impuissance de l’autrice face à ce mal et une certaine culpabilité de n’avoir rien pu faire pour sauver son frère, ou au moins mieux l’aider. Ce récit, on peut le voir comme le travail de deuil d’Olivia de Lamberterie. Mettre des mots sur les maux, pour les apaiser, à défaut de les effacer.

C’est l’autrice elle-même qui prête sa voix à cet ouvrage. J’avoue avoir eu du mal au début. J’ai trouvé la lecture hachée, comme si la lectrice était asthmatique et cherchait son souffle. Avec le recul, je me dis qu’il s’agissait de l’émotion, de revivre ce moment tragique une nouvelle fois. Car petit à petit, cette impression de saccades disparaît, comme si mettre des mots sur tout cela aidait Olivia de Lamberterie.

Un hommage d’une sœur à son frère poignant, émouvant.

 

Édition présentée: Audiolib (13/02/2019). Lu par Olivia de Lamberterie. Durée: 6 h32. ISBN/EAN13 CD MP3: 9782367628424. Également disponible au format papier et numérique.

 

Écoute faite dans le cadre du #PrixAudiolib2019

 

 

 


Une réflexion sur “Avec toutes mes sympathies (Olivia de Lamberterie)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.