Ça raconte Sarah (Pauline Delabroy-Allard)

Premier roman de la française Pauline Delabroy-Allard, publié aux éditions de Minuit en 2018. Il a reçu le Prix du Roman des étudiants France Culture-Télérama 2018, le Prix des libraires de Nancy-Le Point 2018 et le Prix du Style 2018.

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Ça raconte Sarah, sa beauté mystérieuse, son nez cassant de doux rapace, ses yeux comme des cailloux, verts, mais non, pas verts, ses yeux d’une couleur insolite, ses yeux de serpent aux paupières tombantes. Ça raconte Sarah la fougue, Sarah la passion, Sarah le soufre, ça raconte le moment précis où l’allumette craque, le moment précis où le bout de bois devient feu, où l’étincelle illumine la nuit, où du néant jaillit la brûlure. Ce moment précis et minuscule, un basculement d’une seconde à peine. Ça raconte Sarah, de symbole : S.

 

Ce que j’en pense:

Ça raconte Sarah, c’est une histoire d’amour entre deux femmes qui n’ont rien en commun. Un amour puissant, violent, dévorant. Un amour qui est une souffrance. L’absence de l’autre est difficile à vivre, chacune se sent incomplète, vide. En présence l’une de l’autre, elles s’étouffent l’une l’autre, se rendant la vie impossible alors qu’elles s’aiment plus que tout.

Ça raconte Sarah, mais pas seulement, ça raconte aussi la narratrice, qui, à travers son récit de cet amour destructeur, se raconte elle. Elle, qui était en latence, qui avait déjà eu une vie avant Sarah, une vie bien rangée, sage, morne. Ça raconte l’éveil de cette femme, sa renaissance, sa découverte d’elle-même au travers de son histoire avec Sarah, son initiation sexuelle, aussi.

Ça raconte Sarah, cette nana un peu extravagante, et même parfois carrément toxique, pour laquelle la narratrice va délaisser totalement boulot et enfant, se retrouvant isolée. Car il y a peut-être de la passion dans ce texte, mais j’y ai vu aussi une relation malsaine. Et si la première partie reste crédible, décrivant les mécanismes de cette relation, ses joies et ses peines, la deuxième ne l’a pas été du tout à mes yeux. Cet exil, en laissant son propre enfant de côté, sans revenu, non, même en me forçant, désolée, ça ne passe pas.

Ça raconte Sarah, c’est aussi parfois un style qui finit par être lourd, avec des répétitions, on se retrouve de temps en temps à écouter des passages que l’on croirait sortis d’un dictionnaire ou de Wikipedia, cela donne un mélange assez étrange, limite indigeste.

Ça raconte Sarah, dans sa version audio, bénéficie de la voix de Clara Brajtman. La lectrice insuffle beaucoup d’énergie dans sa prestation que j’ai trouvé très agréable, très vivante. Dommage que le texte qu’elle me lisait ne m’ait pas autant emballée…

En bref, ce roman me laisse une impression étrange. Le concept de départ était bon, mais la manière de le traiter à, pour moi, tout gâcher, sans parler de quelques invraisemblances.

 

Édition présentée: Audiolib (13/03/2019). Lu par Clara Brajtman. Durée: 4 h 40. ISBN/EAN13 audio: 9782367628400. Également disponible sur support papier et numérique.

 

 

 

 

 


Une réflexion sur “Ça raconte Sarah (Pauline Delabroy-Allard)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.