Burn out (Didier Fossey)

Roman du français Didier Fossey, publié en 2015 aux éditions Flamant Noir.  Ce titre a été récompensé du Prix polar 2015 du Lions club.

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Paris. Avril 2014. Une série de vols d’objets d’art a lieu dans les cimetières parisiens. La police est sur le coup, mais, lors d’une nuit de planque, un policier se fait assassiner. Pas de témoins. Peu d’indices. Ses collègues présents sur place n’ont rien vu. Boris Le Guenn, chef de groupe de la B.A.C. au 36 quai des Orfèvres, est saisi de l’affaire. Malgré son manque d’effectifs et plusieurs enquêtes à gérer, il devra en plus faire face à la descente aux enfers d’un de ses hommes… 

Le temps passe. Les vols se multiplient, les crimes aussi et les pistes sont dérisoires. Boris Le Guenn et son équipe doivent mener à bien ces affaires, non sans danger pour eux, tant sur le plan professionnel que personnel. C’est un monde désenchanté, un monde dans lequel l’histoire ne se termine ni bien ni mal, elle se termine, c’est tout. Certains flics boivent pour oublier, d’autres ont une démarche plus radicale, violente, imprévisible… 

Burn-out, nuits de planques et de filoches. Ça pue la clope, le sang et la sueur de ceux qui veillent sur la population. Ces flics, obsédés par leur boulot, à qui on demande de laisser au vestiaire leurs problèmes personnels, sont vite rattrapés par leurs démons et leur paquetage s’alourdit de quelques cauchemars…

Bienvenue au 36 quai des Orfèvres. Ambiance, jargon, procédures… tout y est parfaitement décrit, au point que vous aurez l’impression de faire partie de cette équipe de la B.A.C. dès les premières pages. L’auteur, Didier Fossey, a fait toute sa carrière dans la Police Nationale. Il mêle fiction et réalité avec talent. Burn-out met en lumière les nombreux problèmes du métier de policier. Ces hommes, ces maris, ces pères, sont souvent mal perçus par la population, incompris de leur hiérarchie. Quand leur métier prend toute la place, devient insupportable au quotidien et leur fait tout perdre, ils trouvent parfois en leur arme de service l’ultime solution… Un polar qui s’inscrit dans l’actualité.

 

 

Ce que j’en pense:

Après Ad unum, Didier Fossey nous entraîne une nouvelle fois dans le quotidien difficile des policiers. Effectifs réduits, affaires à élucider toujours plus nombreuses, il s’avère compliqué, voire impossible dans ces conditions de parvenir à concilier vie professionnelle et vie privée, cette dernière volant parfois en éclats avec des conséquences dramatiques. Au bout du rouleau, certain.e.s ne supportent pas que cette ancre disparaisse et partent à la dérive.

Au-delà d’une intrigue intéressante aux nombreuses ramifications qui entraîne le lecteur, le happe, Didier Fossey s’intéresse avant tout aux êtres humains, ces hommes et ces femmes qui enquêtent, totalement dépassés par le manque de moyens mis à leur disposition. Car oui, n’en déplaisent à certains rabat-joie, les policier.e.s sont des êtres humains, pas des machines dépourvues d’émotions. C’est cette dimension là que j’apprécie chez Didier Fossey. Il privilégie l’humain, le réalisme, même si ce n’est pas toujours beau à voir. Il montre la vie, telle qu’elle est, sans fard, sans faux semblant. Parce qu’il a été lui-même policier, il sait de quoi il parle. Pas de pleurnicheries, ni de jérémiades, les personnages n’ont de toute façon pas le temps pour tout cela. L’auteur va droit au but, il raconte ce qui est. Point. Et ce style direct, brut, donne du rythme au récit auquel le lecteur se laisse prendre, emporté dans l’enquête, dans la descente aux enfers d’un des personnages, jusqu’à la dernière page, jusqu’à la dernière seconde d’écoute.

Pour la dimension audio de ce texte, Nicolas Planchais réalise encore une fois une excellente performance que j’ai écouté d’une traite.

 

Édition présentée: Hardigan (30/06/2017). Lu par Nicolas Planchais. Durée: 6 h et 45 minutes. Également disponible sur support papier et numérique.

 

 


Une réflexion sur “Burn out (Didier Fossey)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.