La voie magique (l’Assassin Royal T5) (Robin Hobb)

Roman de l’américaine Robin Hobb, il représente la deuxième partie de Assassin’s Quest publié en 1997. La traduction française de Arnaud Mousnier-Lompré paraît en  juin 2002.

 

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Le roi Vérité est vivant, et il a demandé à Fitz de le rejoindre! Loin sur les sentiers mystérieux de l’Art, au-delà du royaume des montagnes, le jeune homme se met en quête pour répondre à l’appel de son souverain affaibli. Mais il demeure seul, pourchassé par les forces de Royal, l’usurpateur, et il ne peut compter sur ses propres alliés… Au cours de son périple, Fitz en apprendra plus sur lui-même et le rôle déterminant qu’il doit jouer dans le destin du royaume des Six-Duchés. Une croix bien lourde à porter quand on est traqué par ses ennemis et trahi par les siens…

 

Ce que j’en pense:

Vous n’avez pas lu les opus précédents? Alors allez-y et revenez quand ce sera fait! 😉 

Il n’est pas encore arrivé, le moment où FitzChevalerie, aussi connu et recherché comme étant le Bâtard au Vif, va pouvoir enfin souffler tranquillement dans son coin durant quelques temps. Ici encore, Robin Hobb se montre sans pitié avec son personnage. Les troupes de Royal toujours à ses trousses, esseulé, il va se tourner vers un nouvel objectif: retrouver Vérité, son roi. L’esprit marqué par un ordre d’Art de cet oncle, l’héritier légitime du trône des Six-Duchés, c’est avant tout sa loyauté qui va le pousser en avant, vers le Royaume des Montagnes. Mais bien des obstacles vont se dresser sur sa route, et les blessures physiques ne seront pas les seules à le faire souffrir. Son chemin va le conduire auprès de vieilles connaissances, dans des circonstances plutôt douloureuses pour Fitz. Et si une plaie peut se soigner, une trahison est plus difficile à pardonner. Surtout lorsque cela touche à ce qu’il a de plus cher, à ce à quoi il s’accroche, dans un espoir d’un avenir meilleur.

Tout comme Le poison de la vengeance, ce volume est sombre. On ne retrouve plus la touche de naïveté qui rendait Fitz si attendrissant avant sa « mort ». L’enfant qu’il était n’est plus. Le voici devenu un homme, un homme seul et amer, animé uniquement par sa loyauté, son sens du devoir et l’amour qu’il porte à celles et ceux qui ont compté dans sa vie, nourrissant inconsciemment l’objectif de retourner auprès d’eux un jour. Et malgré les obstacles, les blessures, les tourments, il reste un homme foncièrement bon et l’abnégation dont il fait montre épreuve après épreuve est tout à son honneur.

Tourmenté, blessé, trahi, Fitz ne connait pas le répit. Et par son biais, le lecteur non plus. Ses aventures sont toujours aussi addictives, il reste un personnage vraiment intéressant que l’on a plaisir à voir évoluer, progresser mais aussi se tromper. Et il va sans dire que je ne vais pas en rester là: impossible de résister à l’envie de savoir quel sort attend Fitz.

 

 

Édition présentée: J’ai Lu (2002). Titre original: Assassin’s Quest. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Arnaud Mousnier-Lompré. ISBN/EAN13: 9782290320211. Également disponible au format numérique et audio.

Une réflexion sur “La voie magique (l’Assassin Royal T5) (Robin Hobb)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.