L’inconsolé (Kazuo Ishiguro)

L’inconsolé est un roman du britannique d’origine japonaise Kazuo Ishiguro ( 08/11/01954 –  ), Prix Nobel de Littérature 2017, publié en 1995 sous le titre The Unconsoled. La traduction en français de Sophie Mayoux paraît aux éditions Calmann-Levy en 1997.

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Pianiste de renommée internationale, Ryder a accepté de donner un récital dans une petite ville d’Europe centrale où il est attendu comme le messie. Â peine débarque-t-il, épuisé, de son long voyage, qu’il devient la proie d’une cohorte d’admirateurs aussi obséquieux qu’envahissants. Sans cesse distrait d’un programme officiel dont i1 ne se souvient pas, manquant systématiquement ses rendez-vous, il plonge peu à peu dans un univers étrange et imprévisible. Les gens, les lieux et les durées s’enchevêtrent mystérieusement, sans susciter chez lui autre chose qu’une légère surprise… 
Intensément comique et envoûtant, L’Inconsolé, déjà traduit dans vingt pays, a été salué par la critique internationale comme un chef-d’oeuvre. 

 

Ce que j’en pense:

Depuis que je blogue, j’ai rarement été déçue par mes lectures, et mes abandons se comptent sur les doigts d’une seule main. Ce roman est le deuxième dont je ne connaîtrais pas la fin, peut-être à tort. Mais quand après plus de 100 pages, sur 510, je m’ennuie toujours autant malgré le style doux et agréable de l’auteur, que je vois toutes les lectures qui m’attendent encore, je me dis que la vie est trop courte pour continuer à peiner sur un texte qui ne m’emballe pas.

Qu’ai-je donc à reprocher à ce récit? Des personnages secondaires extrêmement bavards et dont les propos m’ont paru inintéressants, un narrateur fade, sans relief, une lenteur qui rend les minutes du roman semblables à des heures. Avec du recul, le lecteur semble plongé dans un rêve de Ryder, mais où l’auteur veut-il nous mener? Aucune idée! Et je ne le saurais jamais…

Malgré les défauts que j’ai pu trouver à ce roman et qui m’ont poussée vers l’abandon, Kazuo Ishiguro a un style beau, poli, doux, agréable. Dommage que l’intrigue est aussi mal servie la plume, en tout cas à mes yeux.

 

 

Édition présentée: Calmann-Levy (1997). Titre original: The Unconsoled. Traduit de l’anglais par Sophie Mayoux. ISBN/EAN13: 9782702126622.  Disponible au format numérique.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


5 réflexions sur “L’inconsolé (Kazuo Ishiguro)

  1. Eh bien sache que même en finissant le livre, on ne sait pas vraiment où l’auteur veut nous emmener ! Il nous laisse perplexe jusqu’au bout, joue avec nos nerfs, dédouble héros et narrateur qui forme une seule entité pour sembler se scinder l’instant d’après… Très étrange ! J’avais bien plus aimé Auprès de moi toujours (pour en savoir plus sur mon avis : https://pamolico.wordpress.com/2018/10/07/un-univers-onirique-qui-nous-perd-linconsole-kazuo-ishiguro/)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.