La fille du roi des marais (Karen Dionne)

Roman de l’américaine Karen Dionne (1953 –  ), publié en 2017 sous le titre The Marsh King’s Daughter. La traduction en français de Dominique Defert paraît le 7 Mars 2018 aux éditions JC Lattès.

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Enfin, Helena a la vie qu’elle mérite  ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, elle mesure son erreur  : comment a-t-elle pu croire qu’elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé  ?
Car Helena a un secret  : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l’aimait aussi… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté.
Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd’hui son père a tué deux gardiens de prison et s’est volatilisé dans les marais, une zone qu’il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l’homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n’a aucune chance de l’arrêter. Parce qu’elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c’est sa fille.

 

Ce que j’en pense:

Helena est la narratrice de ce récit. Son père vient de s’évader de prison, et elle semble être la seule à pouvoir l’arrêter. Alors qu’elle se lance à sa poursuite, le passé, les souvenirs se mêlent au présent, et le lecteur découvre son enfance passée dans les bois, éloignée de la civilisation, dans une existence en harmonie avec la nature parfois hostile. Une enfance au cours de laquelle son père s’est efforcé de la façonner à son image, faisant d’elle une pisteuse redoutable, une enfant sauvage qu’il fait tout pour endurcir, exerçant sur elle et sa mère une domination psychologique, basée sur la peur et la manipulation. N’ayant connu que cette façon de vivre, l’enfant aime son père et trouve ses agissements normaux. Jusqu’au jour où elle commence à se poser des questions, trouvant que les actes de son père sont d’une cruauté non nécessaire. L’amour qu’elle avait pour son père se transforme alors en haine.

Alors qu’elle traque cet homme qui lui a tout appris, le lecteur se rend compte que la vie d’Helena lors de son retour à la civilisation n’a pas été facile, qu’elle a eu beaucoup de mal à s’adapter à sa nouvelle existence. Elle est restée proche de la nature, tout en parvenant à s’intégrer et à fonder une famille. Et là, lancée sur la piste de l’homme qui a kidnappé sa mère, la fille défie le père. Lequel des deux parviendra à remporter la partie? Le maître ou l’élève?

Au travers de cette traque, jumelée à un récit de vie, Karen Dionne nous dresse un tableau d’une vie dans les bois où simplicité et violence, beauté et cruauté se côtoient.

 

 

Édition présentée: JC Lattès (7 Mars 2018). Titre original: The Marsh King’s Daughter. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Dominique Defert. ISBN/EAN13: 9782709659215. Disponible sur support papier et numérique.

 

Merci aux éditions JC Lattès et à NetGalley France pour leur confiance

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

3 réflexions sur “La fille du roi des marais (Karen Dionne)

  1. Pingback: Bilan Mars 2018 – Des livres, des fils et un peu de farine…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s