Les sous-hommes connectés (Valéry Bonneau)

Essai du français Valéry Bonneau, publié aux éditions Numeriklivres le 29 Octobre 2017.

 

 

  

 

Présentation de l’éditeur:

« J’ai fait un rêve : nous étions tous connectés. Tout le temps. Partout. Avec tout et tout le monde. Rêve ou cauchemar ? Je ne sais pas, mais quand je me suis réveillé, mon lit m’a souhaité une bonne journée. » 

Les objets connectés nous facilitent la vie, la simplifient. Mais ces objets qui vont nous apporter tant, que vont-ils nous prendre ? Quel est le prix à payer en échange de leur aide ? 
Le désir d’écrire cet essai est parti d’un constat de George Orwell : dès qu’une solution simplifie la vie, les hommes l’utilisent. Tous, tout le temps. Et nous trouvons cela normal, alors que presque tout ce que nous admirons chez l’être humain est lié à l’effort, au prix de l’effort. Quels humains allons-nous devenir si la notion d’effort disparait de nos vies ? 
Du matin au soir, de la chambre au bureau, pour les enfants ou les vieillards, il y a toujours un objet pour vous éviter un effort. Du frigo au stylo, des chaussures au casque, ces objets décident pour vous, à votre place. Qu’allez-vous décider alors ? Votre vie vous appartiendra-t–elle ou à une entreprise dont vous ne savez rien ? 
Tour à tour vulgarisateur, drôle, ironique, acide, cet essai vous propose un voyage unique, entre rires et larmes, dans la civilisation du moindre-effort où les plantes s’arrosent toutes seules, les chiens commandent leur nourriture et les frigos font les courses. Un monde réel où votre brosse à dent vous dénonce à l’assurance, votre assiette vous engueule et votre verre devient baveur après la troisième bière.

 

 

Ce que j’en pense: 

Citant Le quai de Wigan, un essai de George Orwell (que je n’ai pas lu mais que l’ouvrage que je vous présente aujourd’hui m’a donné très envie de découvrir), Valéry Bonneau s’intéresse à tous ces objets désormais connectés qui nous entourent. C’est écrit avec beaucoup d’humour et finalement cela se lit presque comme un roman! Outre le fait d’alerter le lecteur sur ce qu’il risque de devenir s’il se laisse aller à tous les utiliser et à ne plus fournir aucun effort, il inquiète aussi sur cette ultra-surveillance. Je trouve difficile d’ajouter quelque chose de plus à la présentation ci-dessus, très complète, si ce n’est de lire ce court texte (environ 160 pages). Vous y découvrirez peut-être, comme ce fut mon cas, certains objets que je n’aurai jamais imaginé, et qui pourtant existent bel et bien! Bien sûr, cet écrit fait s’interroger: deviendrai-je si fainéante que ça que je me reposerai sur des objets? Supporterai-je une telle intrusion dans ma vie? Accepterai-je de renoncer à mon libre arbitre juste parce qu’une assiette me dit ce qui est bon ou pas pour moi?

Un essai facile d’accès et intéressant, drôle et qui fait réfléchir. Vous êtes encore là? Mais qu’est-ce que vous attendez pour le commander? 🙂

 

Édition présentée: Numeriklivres (Octobre 2017). ISBN/EAN 13 papier: 978-2-37733-118-5. Disponible également au format numérique. 

 

 

Merci beaucoup aux éditions Numeriklivres pour ce très intéressant essai! 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


2 réflexions sur “Les sous-hommes connectés (Valéry Bonneau)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.