Le complot Sweetman (Graham Masterton)

Publié en 1979, publié par le romancier écossais Graham Masterton (16/01/1946 –  ). La traduction française de François Truchaud paraît en 2004 au Cherche Midi.

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Un tueur en série – baptisé par la police Le Dingue de l’autoroute – sème la panique dans l’agglomération de Los Angeles en tuant au hasard dans leur voiture des personnes ordinaires, n’ayant apparemment aucun lien entre elles.Mais s’agit-il vraiment de hasard, et est-ce un psychopathe ? Ce sont les questions que se pose John Cullen lorsque son père est abattu dans des circonstances horribles, son amie, grièvement blessée, et lui-même échappant de peu à la mort… La police semble dans une impasse, aussi John Cullen décide-t-il de mener sa propre enquête. Il va découvrir que beaucoup d’autres meurtres sans motif apparent ont été commis récemment à travers les États-Unis, et que les noms des victimes apparaissent sur une mystérieuse courbe, résultat de données informatiques, la Courbe du professeur Sweetman. Mais que représente cette courbe ? Et quel est le rôle exact dans cette affaire du sénateur Carl X. Chapman, prêt à tout pour devenir le prochain président des États-Unis ? Ce thriller, construit comme un puzzle, traite de l’ambition, du pouvoir, des compromissions, et des élections présidentielles aux États-Unis, avec une hypothèse qui fait froid dans le dos : et si le prochain président américain était élu par des moyens illégaux et criminels ?Un roman percutant, original et inventif, où l’on retrouve le sens du récit très visuel et l’humour caractéristiques de Masterton.

 

Ce que j’en pense:

Un polar qui commence sur les chapeaux de roues avec une course poursuite sur une autoroute, et peu à peu, l’auteur dresse le tableau de ce vaste complot. A sa tête, un politicien prêt à tout pour prendre la tête des États-Unis.

L’intrigue est originale, la construction du roman est un puzzle que le lecteur reconstruit, croisant des anciennes starlettes de cinéma s’épanouissant dans un univers bling-bling où l’argent dicte sa loi et impose sa puissance sur les autres. Et si les femmes ont parfois un rôle qui se résume à un objet sexuel, il est aussi question de féminisme.

« Nous devons œuvrer pour la prise de conscience des deux sexes si nous voulons libérer les femmes. Cela ne sert à rien de dire à une prisonnière que la liberté est merveilleuse, à moins de convaincre également le gardien de la prison de la laisser sortir. »

 

Pourtant, j’ai trouvé que le rythme s’essoufflait, et le récit a perdu peu à peu de l’intérêt à mes yeux. De plus, bien que ce ne soit qu’un détail, quelque chose m’a agacée à mesure que j’avançais dans ma lecture: l’expression « au jour d’aujourd’hui ». Ce pléonasme figure une bonne douzaine de fois dans cette traduction. Je n’en veux pas à François Truchaud, cette expression étant très souvent utilisée, mais je la trouve plutôt désagréable.

Un bon roman cependant, malgré les quelques défauts que j’ai pu lui trouver.

 

Édition présentée: Cherche Midi (21/10/2004). ISBN/EAN 13 papier: 9782749103044.

 

 

Lecture faite dans le cadre du challenge 12 titres en 2017

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.