Le Golem (Gustav Meyrink)

Publié en 1915 par l’autrichien Gustav Meyrink (19/01/1868 – 04/12/1932). La traduction française de Denise Meunier pour les éditions Stock paraît en 1969.

 

 

 

 

Quatrième de couverture:

« Un orage d’hiver balayait la ville dans sa rage insensée.

Au travers de ses hurlements, les coups de canon sourds annonçant la débâcle des glaces sur la Moldau arrivaient à intervalles rythmés. La pièce flamboyait à la lueur des éclairs qui se succédaient sans interruption. Je me sentis soudain si faible que mes genoux se mirent à trembler. « 

Une présence maléfique hante le ghetto de Prague: le Golem est de retour. Semant la panique sur son passage, la statue d’argile animée par une formule magique a surgi du néant.

Et qui désormais saurait l’arrêter?

 

Ce que j’en pense:

Écrit à la première personne, ce roman nous immerge dans ce ghetto de Prague, dans une atmosphère sombre, de plus en plus oppressante au fil du récit. Tout commence par un rêve étrange, ou peut-être juste une « absence » du narrateur, qui ignore tout de son passé si ce n’est qu’il a été soigné pour des troubles psychiatriques.

La présence du Golem, cette créature d’argile de la mystique juive, bien que jamais vraiment avérée, se ressent dans l’ambiance du récit, de plus en plus pesante. On ressent également un certain malaise dans le fait que le narrateur, ne sachant pas vraiment qui il est, ayant perdu ses souvenirs du passé, s’adonne à de nombreuses introspections, comme des auto-analyses, mêlé malgré lui à un complot qui, finalement, constituera l’intrigue principale.

J’ai aimé cette ambiance où le personnage principal semble perdu, oscillant entre totale faculté intellectuelle et une certaine hébétude face à son amnésie. Le lecteur se demande s’il avance dans une réalité, dans un rêve ou dans la folie de ce personnage torturé qui tente de comprendre, de se comprendre. Bien que parfois aussi perdue que le narrateur, j’ai aimé cette atmosphère sombre, effrayante, mélange de mystique, de fantastique et d’intrigue policière.

 

 

Édition présentée: Stock (collection Bibliothèque Cosmopolite, 1995). Traduit de l’allemand par Denis Meunier. ISBN/EAN13 papier: 9782234054851.

 

 

Lecture commune avec Nathalie. Découvrir son avis.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


2 réflexions sur “Le Golem (Gustav Meyrink)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.