Demain il sera trop tard (Jean-Christophe Tixier)

Roman du français Jean-Christophe Tixier (03/03/1967 –  ), publié le 13 Septembre 2017 aux éditions Rageot.

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Virgil vit dans l’insouciance. Le Terme diagnostiqué à sa naissance fait de lui un 81 (il va vivre 81 ans). Mais un jour, une Brigade tente de l’arrêter. Il s’enfuit. Débute alors sa descente aux enfers.
Enna, elle, est Court Terme et vit dans le ghetto. Elle graffe sa révolte sur les murs des beaux quartiers. Quand son amie est tuée par un groupuscule proche du pouvoir, elle jure de la venger…
Traqué, Virgil rencontre une jeune geek, Lou, analyste de données, qui lutte clandestinement contre le système.
Lui, Enna, Lou et d’autres sont décidés à se battre contre cette société totalitaire qui les a condamnés et à vivre intensément chaque jour, chaque minute, chaque seconde, qui restent  ! 

 

Ce que j’en pense:

Dans cette dystopie, les habitants de la planète entière subissent un test à leur naissance qui établira leur espérance de vie. Suivant la longueur de celle-ci, chacun vivra dans un quartier avec d’autres personnes dans la même tranche d’espérance de vie, et occupera des postes plus ou moins important au sein de la société, les fonctions les plus importantes étant attribuées à des personnes Long Terme, qui vivront le plus longtemps. A l’inverse, le tri des déchets revient aux Courts Termes. Court ou Long Terme, la façon d’aborder la vie, de la vivre, est bien différente. Enna, Court Terme de son état, vit comme si elle devait mourir le lendemain, et par conséquent, ne perd pas une minute, un instant, pour pouvoir se révolter à sa façon, en peignant des graffitis dans les quartiers des Longs Termes où elle travaille. Comme celui-ci:

« Tous les hommes meurent, mais seuls certains vivent. »

A l’inverse, Virgil, diagnostiqué Long Terme, prend la vie plus ou moins comme elle vient, sans se poser de question concernant ce qui l’entoure et ce système dans lequel il vit. Jusqu’au jour où il devient un fugitif. Peu à peu, sa vie bascule, lorsqu’il comprend qu’il n’est pas celui qu’il croyait être et qu’ILS veulent l’éliminer. ILS, ce sont ces anonymes qui sont au pouvoir, ceux sont ces personnes à qui appartiennent toutes les technologies qui entourent les gens, comme les Civic-LSS®, ces drones qui surveillent les faits et gestes dans les rues, en plus de l’Implant-ID® que chacun reçoit à sa naissance, implanté dans la paume de la main. Tous les habitants de la planète sont sous contrôle, et la plupart ne s’en rendent même pas compte, endormis par la propagande qu’ILS ont mis en place durant des décennies. Vous l’aurez compris, on retrouve un peu de cette ambiance Big Brother du 1984 de George Orwell, et c’est vraiment bien fait. Jean-Christophe Tixier nous dresse le portrait de cette nouvelle société et nous la rend facile d’accès. Et ces personnages! Enna, Lou et Virgil sont tous trois issus de milieux différents, ont un passé bien à eux. Leurs réactions face à ce qu’ils vont devoir affronter sont toujours cohérentes, leur psychologie est vraiment complète et le lecteur a l’impression qu’il s’agit d’amis de toujours. On exploite avec eux toute une palette d’émotions très fortes. Colère, peur, soulagement, tristesse, détresse, sentiment d’injustice, une certaine rage aussi, mais également de l’espoir. Tout cela nous les rend tellement crédibles, tellement proches. On ressent avec eux cette différence selon le Terme, qui remplace nos classes sociales actuelles, basées sur le revenus. Je crois que lorsque nous arrêterons de classer les gens, peu importe comment, on aura fait un grand pas!

Traitant de technologie, ce roman d’anticipation pour ado est effrayant. Non, il n’est pas mal écrit, loin de là. Non, il n’y a pas de scènes ultra sanglantes/trash, même si la violence est bien présente entre ces pages. Je pense qu’il donnera à réfléchir aux jeunes lecteurs friands de réseaux sociaux et de partages en tout genre sur les internets, et qui s’y adonnent sans penser aux conséquences sur leur vie privée, aux dérives qu’il pourrait y avoir. Car le raccourci n’est pas impossible, et il est même exposé dans ce récit.

« – Il y a des brouilleurs partout, la rassure-t-il. Nos propres brouilleurs, annonce-t-il avec fierté, qui nous rendent invisibles aux yeux de leurs saloperies de Civic-LSS®.

– Les Butineurs®?

– Ouais, si tu préfères. Ici, on n’utilise aucun nom qui pourrait rendre sympa toute leur technologie®. Ils ont eu Internet, les moteurs de recherches puis les méta-données, les contenus, l’information, les satellites, les téléphones. Avec une putain de technologie déposée®, protégée®, fermée®, hégémonique®, obligatoire®, captive®, et surtout intrusive® et cafteuse®. Ils ont endormi la population, qui a plongé dans l’individualisme® et la soumission®. Partout. Et tout le monde s’est laissé faire. »

 

L’auteur expose même une théorie intéressante qui expliquerait que les gens se laissent enfermer dans un tel système:

« Tout le monde n’est pas d’accord avec ma théorie. Moi je pense qu’ils ont utilisé la même méthode pour nous enfumer que les cigarettiers à l’époque. On te vend une saloperie sans te dire ce qu’il y a dedans. On te rend addict, et on te fait croire que c’est une porte vers la liberté. Après, le tour est joué. Z’ont même plus besoin de se défendre. Des centaines de milliers de moutons sont prêts à lever la voix pour prendre leur défense. »

Avec cette utilisation totalitaire des technologies, on croise l’oppression, on y voit des personnes séparées, des enfants arrachés à leur mère selon l’âge prévu de leur mort. Et la mort, justement! Elle est souvent mentionnée, car n’est-elle pas après tout ce qui nous attend à tous? La manière de l’appréhender n’est pas la même pour tous, suivant la longueur de son Terme, et paraît ici omniprésente, oppressante, au point qu’à trop penser à sa mort, on ne pense plus à sa vie. En la montrant autant, l’auteur nous expose la préciosité de la vie. Ainsi le tag d’Enna prend tout son sens. Et à bien y penser, à bien observer notre société actuelle, on se rend compte que c’est ce chemin que nous sommes en train de prendre, que c’est vers ce type de société que nous sommes en train de basculer.

Un roman que je trouve très réussi, qui fait s’interroger, qui fait réfléchir et qui ouvre aussi les yeux sur notre société actuelle où tout va de plus en plus vite. C’est aussi une manière d’inviter le lecteur à vivre pleinement sa vie, dans le respect de l’autre, de profiter de chaque opportunité qui se présente à lui, de chaque petit bonheur, de faire entendre sa voix là, maintenant. Car, demain, il sera peut-être trop tard.

 

 

Édition présentée: Rageot (Septembre 2017). ISBN/EAN13 papier: 9782700253160.

 

 

Badge Critiques à la Une

 

Pour aller plus loin:

Vous pouvez suivre l’actualité de Jean-Christophe Tixier sur sa page Facebook, son compte Instagram et son site.

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s