Le Cercle de la Croix (Iain Pears)

Roman du britannique Iain Pears (08/08/ 1955 –   ), publié en 1997 sous le titre An Instance of the Fingerpost. La traduction française de Georges-Michel Sarotte parait le 14 mai 2008 aux éditions Belfond.

 

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Oxford, années 1660 : un lieu et une période de grande effervescence intellectuelle et politique. Robert Grove, professeur à New College, meurt dans des conditions suspectes. Une jeune fille, Sarah Blundy, fille d’un soldat de Cromwell et d’une guérisseuse, est accusée du meurtre. Quatre témoins vont relater les circonstances de cette mort : un médecin vénitien ; le fils d’un royaliste accusé de trahison ; un mathématicien cryptographe qui a travaillé successivement pour Cromwell et Charles II ; un célèbre érudit d’Oxford. Chaque témoin va donner sa version des faits… un seul révélera l’incroyable vérité.

Véritable plongée dans la conscience d’une époque, Le Cercle de la Croix est un thriller historique passionnant, dont les multiples coups de théâtre et rebondissements tiennent le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page. Déjà acclamé comme un chef-d’oeuvre en Angleterre, en cours de publication dans le monde entier, ce roman est appelé à devenir un événement éditorial international.

 

Ce que j’en pense:

Comme dit dans la présentation, le récit est divisé en quatre partie, chacune donnant la voix à un personnage qui va donner son point de vue, tel qu’il l’a vécu ou tel qu’il veut faire croire qu’il l’a vécu. Car en effet, si chacun de ces hommes va énoncer des vérités, il y aura aussi des mensonges ou des omissions, volontaires ou pas. Tour à tour, Marco da Cola, Jack Prescott, John Wallis et Anthony Wood vont nous plonger dans l’Angleterre des années 1660, nous faisant vivre la même histoire de manière très différente, nous offrant ainsi une vision très large des évènements autour de la mort de Robert Grove.

Quand on commence ce roman, on se retrouve très vite dans l’ambiance de cette période. Les us et coutumes y sont détaillés, on a même l’impression de marcher dans les rues grises, froides, humides et boueuses avec les personnages tant le rendu est parfait! On ressent le dédain de ceux qui se prétendent supérieurs, la misère de ceux que la vie n’a pas épargné. La religion est très présente et s’est autour d’elle que tout s’articule, que tout prend forme. Et toujours cette lutte entre vérité et mensonge, comme pour mieux perdre le lecteur.

« Je ne me rappelle pas le nom du poète, de toute évidence un homme sage et austère: « Je ne puis vivre en ville, n’ayant pas appris à mentir. » Il en sera toujours ainsi: l’honnêteté du paysan est désavantagée en ville, où on loue la duplicité, tandis que la franchise est méprisée, où chacun ne s’intéresse qu’à soi et où la générosité déclenche l’hilarité. » (p.272)

Entre ces pages, le lecteur va assister à des expériences scientifiques, flirter avec la folie, voir des complots un peu partout. Il y a aussi ces quêtes de reconnaissance, de gloire, pour briller aux yeux de tous, rendant quelques protagonistes détestables. Heureusement, certains personnages sont plus modestes.

« La gloire et la fortune sont extrêmement évanescentes; ne possédant ni l’une ni l’autre, je ne risque pas de les perdre. » (p.502)

C’est un vrai coup de maître de la part de Iain Pears que de parvenir à nous raconter quatre fois la même histoire en captivant toujours plus son lecteur, qui tente de savoir qui dit la vérité. Il faut démêler ce mélange où rumeurs, mensonges et calomnies sont monnaie courante, rendant la tâche complexe. C’est d’autant plus difficile que des intrigues secondaires viennent se greffer, le tout semblant mêlé.

Un roman très prenant, à la structure intéressante et au style immersif, que l’on a envie de relire aussitôt terminé, afin de bénéficier de l’éclairage créé par la vérité.

 

Édition présentée: Belfond (1998). Titre original: An Instance of the Fingerpost. Traduction française de Georges-Michel Sarotte. ISBN/EAN13: 9782714434944. Disponible sur support papier et numérique.

 

Lecture faite dans le cadre du challenge 12 titres en 2017

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s