The Cruelty T1 (Scott Bergstrom)

Roman Young Adult de l’américain Scott Bergstrom, publié en 2017. Hachette Romans distribue dès le 1er Février 2017 la traduction française d’Alice Delarbre.

 

 

Présentation de l’éditeur:

Gwendolyn Bloom a à peine sept ans lorsque sa mère est assassinée sous ses yeux, et dix-sept lorsque son père disparaît brutalement, à la même date. Cette nouvelle épreuve s’accompagne d’une découverte accablante : son père n’est pas un diplomate, comme elle l’a toujours cru, mais un espion travaillant pour le FBI, dont les alliés semblent s’être retournés contre lui, après l’avoir accusé d’être passé à l’ennemi. Désespérée, Gwendolyn décide de partir seule à la recherche de son père qui, elle en est sûre, a été enlevé et reste vivant… Commence alors pour elle une longue traque dans les recoins les plus sombres et les plus dangereux d’Europe. Suivant les indices que son père lui a laissés, à Paris, Berlin puis Prague, Gwendolyn croise les pires spécimens de l’espèce humaine. Et surtout elle comprend très vite que, pour survivre à la cruauté de son un ennemi, il faut devenir plus cruel que lui. 

 

Ce que j’en pense:

The Cruelty, c’est l’histoire de Gwendolyn Bloom, 17 ans, fille de diplomate. Du moins, c’est ce qu’elle croyait, puisqu’elle apprend de manière brutale que son père est en fait un espion. Alors que tous semblent le laisser tomber, elle va se mettre à sa recherche.

Voilà pour la mise en bouche. Ce qui est incroyable avec ce roman, c’est que le récit est rempli d’invraisemblances, tout ce qui arrive à Gwen est assez improbable, et pourtant, le rythme haletant retient le lecteur jusqu’à la dernière page. Parce qu’il est difficile de croire que cette ado devienne une machine à tuer en quelques semaines seulement, même animée par la vengeance et la rage. Il est difficile de croire à la chance insolente qui est la sienne, tombant sur les bonnes personnes du premier coup, obtenant les renseignements qu’il lui faut sans effort ou presque. Et malgré tout ça, j’ai dévoré ce bouquin! C’est assez bizarre, cette sensation d’apprécier quelque chose d’aussi incroyable, de voir que même si j’ai levé les yeux au ciel toutes les 5 ou 6 pages, j’ai trouvé la quête de Gwen prenante. Bien qu’il est difficile de croire à sa métamorphose, on l’accepte, et on suit l’avancée de la jeune femme, la regardant s’endurcir, luttant contre son côté obscur. La fin justifie les moyens, paraît-il. Jusqu’où sommes-nous capables d’aller pour venir en aide à quelqu’un de cher?

Oui, ce récit est peu crédible. Et oui, j’ai aimé le lire jusqu’à la fin. Je voulais savoir par quel tour de passe-passe Gwen allait parvenir à ses fins. Tout au long de ma lecture, je savais que je me faisais avoir, que je me faisais enfumée par un truc de magicien et pourtant j’ai adoré le spectacle.

 

 

 

Édition présentée: Hachette Romans (Février 2017). Traduit de l’anglais (États-Unis) par Alice Delarbre. ISBN/EAN13: 9782011613141. Disponible sur support papier et numérique.

 

 

Badge Lecteur professionnel

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Advertisements

4 réflexions sur “The Cruelty T1 (Scott Bergstrom)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s