Le mystère de la roche percée (Enid Blyton)

Il s’agit du quatrième titre sur six de la série Barney Mysteries de la romancière britannique Enid Blyton (11/08/1897 – 28/11/1968).

 

Quatrième de couverture:

Voici Toufou et son épagneul Crac, ses cousins Nelly et Roger, ainsi que leur ami Sylvain, accompagné de sa petite guenon Virginie, dans une suite d’aventures plus palpitantes que jamais.

Les vacances sur une plage près d’une base sous-marine secrète où des événements étranges ont lieu… La mer toujours dangereuse avec ses tourbillons, ses marées sournoises et souvent meurtrières… Une vieille auberge aux pensionnaires bizarres, parfois même louches… Qui est l’espion? L’énigmatique professeur Jacquet? M. Miracle, le surprenant prestidigitateur? Ou le pitre du music-hall?

Comme on aimerait vivre des aventures aussi mouvementées et pleines d’imprévu que celles des enfants Verdier!

 

Ce que j’en pense:

Enfant, j’aimais beaucoup suivre ce genre de récit! Les relire en étant adulte change drôlement les choses!

Cela reste divertissant: des enfants qui jouent aux détectives, poussés par leur curiosité et leur soif de découvertes, c’est toujours amusant. Mais ils sont aussi parfois victimes de leur naïveté et de leur inexpérience, suivent de mauvaises pistes tout comme les adultes.

L’espionnage dont il est question dans ce récit rappelle le contexte historique au moment de l’écriture, en pleine Guerre Froide. Est-ce cela qui a donné l’idée à l’auteur de placer son mystère autour de sous-marins? C’est bien possible.

Certains détails, comme le travail des enfants (qui existe encore, malheureusement…), le fait que Sylvain, tout jeune garçon qu’il soit, survive seul, les pieds nus, ou encore cette bonne éducation de cette jeunesse espiègle mais respectueuse, peuvent rebuter le jeune lecteur d’aujourd’hui. Notre société a beaucoup évolué depuis l’écriture de ce roman, et beaucoup de lecteurs, faute de repères, ne s’identifieraient pas à nos jeunes héros.

Le récit souffre également de quelques clichés, peut-être courants à l’époque de sa rédaction. Je pense ici au personnage de Félix, probablement trisomique et présenté comme « […]un être bizarre […]un peu demeuré peut-être, mais aussi gentil qu’un bébé et plus fort qu’un cheval ».

Bien qu’ayant plutôt mal vieilli, ce roman reste divertissant, à la condition d’être suffisamment éclairé et de le situer dans son contexte d’écriture.

 

 

Édition présentée: Hachette (Nouvelle Collection Ségur, 1962). Illustrations de Jeanne Hives.

 
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Une réflexion sur “Le mystère de la roche percée (Enid Blyton)

  1. Pingback: Dans ma Pile à Lire – Août 2016 – Des livres, des fils et un peu de farine…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s