Le Parfum (Patrick Süskind)

Édité en 1985, sous titré Histoire d’un meurtrier, il s’agit d’un roman de l’allemand Patrick Süskind (29/03/1949 –  ). Il parait en France en 1986 chez Fayard, traduit par Bernard Lortholary. Une adaptation cinématographique a été faite en 2006 par Tom Tykwer.

 

Présentation de l’éditeur:

Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s’appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n’aurait pas survécu. Mais Grenouille n’avait besoin que d’un minimum de nourriture et de vêtements, et son âme n’avait besoin de rien.
Or ce monstre de Grenouille, car il s’agissait bel et bien d’un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout-puissant de l’univers, car « qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le cœur des hommes ».
C’est son histoire, abominable… et drolatique, qui nous est racontée dans Le Parfum, un roman très vite devenu un best-seller mondial, et aujourd’hui porté à l’écran.

 

Ce que j’en pense:

Il y a des romans dans lesquels on s’immerge totalement. Le Parfum en fait partie. La plume de Süskind nous fait suivre la psychologie d’un être étrange, dépourvu d’odeur alors qu’il naît et grandit dans ce Paris qui ne sent pas le rose. Une plongée dans l’esprit froid et calculateur de Jean-Baptiste Grenouille, cet homme qui n’a aucune notion de bien et de mal et que l’auteur compare à une tique, attendant son moment pour obtenir le Parfum Parfait, celui qui sera la quête de sa vie.

N’ayant reçu aucune marque d’amour, pas même par sa propre mère qui allait le laisser mourir dans les déchets où elle avait accouché, on suit l’évolution de cet être effrayant qui ne semble avoir besoin de rien ni de personne. Pourtant, une chose lui manque. Sa propre odeur, qui représente en quelque sorte son identité. Car, parce que sa peau ne dégage aucune senteur, il paraît comme transparent aux yeux du monde. Ainsi, à travers la quête du Parfum Parfait, Grenouille est avant tout en quête de son identité. Parviendra-t-il à la trouver?

Un roman envoûtant, comme les odeurs que parvient à nous suggérer son auteur tout le long de ce récit.

Adapté au cinéma par Tom Tykwey, voici la bande annonce:

 

Édition présentée: Le Livre de Poche (20/01/1988). Titre original: Das Parfum, die Geschichte eines Mörders. Traduit de l’allemand par Bernard Lortholary. ISBN/EAN 13: 9782253044901. Disponible en numérique.

 

Lecture faite dans le cadre de la lecture commune organisée par La Critiquante

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

3 réflexions sur “Le Parfum (Patrick Süskind)

    • Donner le premier rôle à un méchant, c’est tellement pas courant! Et là, je trouve que c’est si bien fait! Et puis, il en faut pour tout le monde!

  1. Pingback: Le Parfum, de Patrick Süskind | La Critiquante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s