La fourmilière (Nicolas Gramain)

Premier roman du français Nicolas Gramain, la Fourmilière est publié aux éditions Belladone depuis 2015.

 

Présentation de l’éditeur:

S’il est un langage universel, c’est bien celui des contes et des mythologies, car chacun d’entre nous a grandi avec des histoires qui ont peuplé son enfance et alimenté ses rêves. À ce titre, Jules Verne fut sans doute le pionner de ces auteurs qui savent marier savoirs scientifiques et croyances populaires afin de ravir l’imagination de leurs contemporains. La Fourmilière suit cette lignée par une invitation à un voyage à travers les âges et les mythes de différents peuples. C’est aussi l’occasion de découvrir une chronologie reliant les premières œuvres de l’un des héritiers de Jules Verne : Bernard Werber. Dans ce roman, nous emboîtons ainsi le pas de Daniella, une jeune femme dont la vie se trouvera bouleversée en de nombreuses occasions, et qui nous amènera à une terrible vérité. Des légendes amérindiennes à l’image du Diable dans les religions, en passant par le culte de la couleur rouge, l’héroïne affrontera courageusement les épreuves qui se dresseront devant elle et défiera son destin.

L’auteur nous propose un livre puzzle où le lecteur mène une enquête tant policière qu’ethnologique, aux apparences souvent trompeuses. Ce livre atypique se distingue également par des passages d’épouvante bien sentis et qui confèrent à l’ensemble une résonance allant bien au-delà de la dernière page…

 

Ce que j’en pense:

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur, Nicolas Gramain, pour sa confiance.

Nicolas Gramain nous livre ici un récit entre enquête policière et roman fantastique, inspiré par l’univers de l’auteur Bernard Werber. D’où venons-nous? Qui sommes-nous? Où allons-nous? Notre destin est-il déjà écrit? Voilà quelques questions auxquelles l’auteur tente de répondre tout au long de ce roman construit comme un puzzle, s’appuyant sur une chronologie observée dans l’oeuvre de Bernard Werber. De ce dernier, j’ai lu et beaucoup aimé Les thanatonautes et le père de nos pères. Lire La Fourmilière m’a donné envie de me plonger dans ses autres romans.

Du suspense, des portraits qui font froid dans le dos (je pense ici à Gean Philenim), ce récit qui débute avec beaucoup d’humour s’assombrit au fil des pages, comme est en train de le faire notre monde avec ses crises, ses violences, ses guerres. Est-ce la faute à la fatalité? Pouvons-nous vraiment changer et améliorer les choses?

J’aime les récits pleins de références. Celui-ci en fait partie. Entre la légende du calumet de la paix des amérindiens et le fil conducteur que devient la couleur rouge, difficile de ne pas avoir envie d’approfondir ses connaissances sur certains sujets abordés.

Il m’est difficile d’en dire davantage sans rien dévoiler. Mais une chose est sûre: vous ne finirez pas ce roman sans vous poser une question liée à l’existence de l’Homme.

 

 

Édition présentée: Belladone (21/03/2016). ISBN/EAN 13: 979-1094916179. Disponible en numérique.

 

Pour aller plus loin: 

Parce que l’initiative de @JoyeuxDrilleCdj sur Twitter est vraiment une chouette idée: partager sur le réseau social des références musicales dénichées dans nos lectures avec le hashtag #EntenduDans . N’hésitez pas à l’utiliser à votre tour!

Voici les références musicales que vous trouverez dans ce récit:

Carmina Burana de Carl Orff

El Manicero par Orquestra Aragon

Mambo number five de Lou Bega

The end de The Doors

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

3 réflexions sur “La fourmilière (Nicolas Gramain)

  1. Merci, Virginy, d’avoir à nouveau pris la peine de me lire et surtout d’avoir lu entre les lignes et souligner le basculement. Je songe à vous engager comme agent !

    • Faites gaffe! Je serai capable d’accepter! ^^ Plus sérieusement, je crains de ne pas avoir le niveau pour une telle fonction! En tout cas, vous lire est un plaisir!

  2. Pingback: Je vais vous tuer (Nicolas Klein) – Des livres, des fils et un peu de farine…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s