Chroniques italiennes (Stendhal)

Composé de textes publiés tout d’abord séparément de 1829 à 1842, le recueil de nouvelles tel que présenté ici fut publié en 1947. Un premier recueil avait été publié en 1855, treize ans après la mort de Stendhal, pseudonyme d’Henri Beyle (23/01/1783 – 23/03/1842), mais ne contenait pas les trois textes suivants: San Francesco à Ripa, Trop de faveur tue et Suora Scolastica. Deux de ces chroniques, Trop de faveur tue et Suora scolastica, sont inachevées.

 

Chroniques italiennes - Stendhal

 

Quatrième de couverture:

« Pour moi, le récit de ce procès et de ces supplices me fournit sur le coeur humain des données vraies et inattaquables, sur lesquelles on aime à méditer la nuit en courant la poste. 

J’aimerais bien mieux trouver les récits d’amour, d’intrigues savantes pour capter des héritages, mais la main de fer de la justice n’étant point entrée dans de tels récits, quand même je les trouverais, ils me sembleraient moins dignes de confiance. »

 

Ce que j’en pense:

Présentés par l’auteur comme des traductions de textes relatant des faits divers du XVIème siècle, chacun de ces récits parle d’amours impossibles, de couvents, d’assassinats ou autres morts violentes. On y trouve un bel aperçu de la position de la femme en Italie de cette époque: souvent recluses dans des couvents pas toujours hermétiques où elles parvenaient à rencontrer leurs amants, chacune des héroïnes de ces récits ont des fins tragiques, causées par leur amour pour un bandit de grand chemin, un prisonnier évadé ou autre coquin dont elles s’éprennent malgré leur rang. Privilégiant les héritiers mâles, les jeunes filles étaient ainsi « confiées » à l’Eglise, afin de conserver un maximum de richesses pour les garçons. Et quand ce n’était pas le couvent, il s’agissait de mariage arrangé.

Ici, on se rend bien compte de la difficile vie de l’époque pour ces jeunes femmes. Leur fin terrible semble être leur seule échappatoire. La mort est ce qui attend ces personnes qui se rebellent contre leur condition de femmes soumises et qui souhaitent vivre, aimer comme elles le souhaiteraient.

Un recueil de tragédies intéressants.

 

Lecture faite dans le cadre du challenge Italie

Italie 2015

Italie 2015

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s