La Cité des Ténèbres (The Mortal Instruments T1) (Cassandra Clare)

Publié en 2007, il s’agit du premier roman de Cassandra Clare, nom de plume de l’américaine Judith Rumlet.

 

The Mortal Instruments T1 -

Quatrième de couverture:

Clary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et, détail terrifiant: le corps de la victime a disparu d’un seul coup!

Mais le pire reste à venir… Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures et l’appartement complètement dévasté.

Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des Chasseurs d’Ombres… Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

Ce que j’en pense:

Une lecture jeunesse prenante, avec des créatures et des relations entre elles complexes. Ici, on retrouve vampires, loups-garous, sorciers, mais également des démons et autres créatures effrayantes et cruelles. J’ai eu un peu de mal au début avec le personnage de Clary. Mais son manque d’expérience, son jeune âge (elle n’a que 15 ans) sont probablement les éléments qui font que je ne suis pas parvenue à totalement apprécier ce personnage. Sa naïveté et son physique (elle est toute petite, mesurant moins d’1mètre 60) font d’elle une petite chose que l’on a envie de protéger, de guider et parfois de secouer! Elle comprend vite! Mais il faut lui expliquer longtemps! Bien sûr, sa découverte brutale d’un monde qui lui était jusqu’alors inconnu à de quoi déstabiliser, mais quand même parfois, ses réactions sont un peu décalées.

Jace est un personnage intéressant, malgré son arrogance et ses sarcasmes, qui, de son propre aveu, sont une protection (« – Le sarcasme est le dernier refuge des gens dépourvus d’imagination.
– Je ne peux pas m’en empêcher. Mon esprit mordant me sert à dissimuler mes blessures intimes »). Élevé par un père brutal et exigeant qui lui enseigna que « […] aimer, c’est détruire, et qu’être aimé, c’est aller vers sa destruction », mais aussi que « les mots étaient des armes […] » , il est quelque peu déstabilisé  et parfois mal à l’aise face à Clary. Plutôt que de souffrir en aimant ou en étant aimé, il se forge une carapace, se montrant parfois odieux en disant des vérités blessantes. On le sent malheureux, lui, le garçon qui a vu mourir son père, bien qu’il assure le contraire (« -Je ne suis pas malheureux. Seuls les gens sans objectif sont malheureux. Moi j’ai un but ») et c’est probablement parce qu’il semble n’avoir plus rien à perdre qu’il se lance avec férocité dans les combats l’opposant aux démons et autres créatures malveillantes. Bien qu’entouré d’Alec et Isabelle Lightwood, pour Jace « Que Dieu existe ou pas, à mon avis, ça n’ a pas d’importance. Dans l’un ou dans l’autre cas nous sommes seuls. » J’avoue que la suite  de cette série me tente uniquement pour voir comment va évoluer ce personnage. Peut-être parce que quelque chose en lui fait écho en moi.

J’ai regretté cependant la présence du désormais incontournable triangle amoureux, bien qu’ici il soit compliqué par certaines révélations en fin de récit. Certains personnages sont intrigants: sont-ils du côté de la Lumière ou des Ténèbres? Quelques-uns cachent bien leur jeu!

 

Une série que je vais donc suivre, d’autant plus que j’ai constaté qu’une adaptation cinématographique avait été faite ( sortie en salles en 2013) et qu’une série télévisée devrait suivre (plus d’infos)!

Édition présentée: Pocket Jeunesse (Septembre 2013), titre original: The Mortal Instruments Book One: City of Bones, traduit de l’anglais (États-Unis) par Julie Lafon. ISBN/EAN: 9782266244299.

 

 

 

 

 Cette lecture compte pour le challenge Goodreads

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

3 réflexions sur “La Cité des Ténèbres (The Mortal Instruments T1) (Cassandra Clare)

    • J’ai terminé la série hier soir. Et je ne regrette pas. L’évolution de Jace est intéressante (pour moi, il est le personnage central), l’univers créé par Cassandra Clare montre un réel travail de documentation en amont. Bien qu’il s’agisse de littérature jeunesse, l’auteur ne prend pas son lectorat pour un groupe d’idiot et leur offre une histoire agréable et complexe, dans laquelle il est bon de se plonger à tout âge. Alors n’hésite plus! Tu vas devenir accro!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s