Si je reste (Gayle Forman)

Publié en 2009 par l’américaine Gayle Forman. La traduction de Marie-France Girod est parue en France en 2009 chez Oh! éditions.

 

 

 

Quatrième de couverture:

Mia a 17 ans, un petit ami que toutes ses copines lui envient, des parents un peu excentriques mais sympas, un petit frère craquant, et la musique occupe le reste de sa vie. Et puis…

Et puis vient l’accident de voiture. Désormais seule au monde, Mia a sombré dans un profond coma. Où elle découvre deux choses stupéfiantes: d’abord, elle entend tout ce qu’on dit autour de son lit d’hôpital. Ensuite, elle a une journée seulement pour choisir entre vivre et mourir. C’est à elle de décider. Un choix terrible quand on a 17 ans.

Si je reste est une merveilleuse histoire d’amour, mais aussi un livre qui nous fait réfléchir à l’essentiel, à la place de l’amour et du bonheur, à tous ces liens avec nos proches auxquels on s’habitue et qui sont pourtant le vrai trésor de nos vies. 

 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Cinq tours jusqu’au Paradis (John Bingham)

Publié en 1953 par le britannique John Bingham (03/11/1908 – 06/08/1988) sous le titre Five Roundabouts to Heaven. La traduction française par Jean-Noël Chatain parait en 2008 aux éditions Michel Lafon dans la collection Polar, préfacé par John Le Carré.

 

 

Présentation de l’éditeur:

« Il ne me vint jamais à l’esprit que Bartels pût un jour devenir un homme dangereux. À l’époque, c’était un gars très gentil, avec le cœur sur la main. »

Lorsque son vieil ami Philip Bartels l’appelle pour lui demander conseil, Peter Harding est à mille lieues de s’imaginer qu’ils sont tous deux sur le point de prendre une décision qui va bouleverser leur existence. Car depuis qu’il a rencontré l’ardente Lorna, le paisible et respectable « Barty » a prévu de mettre un terme à son mariage. Toutefois, comme il l’explique à Harding, son attachement pour sa femme l’empêche de la quitter. Harding aurait peut-être dû lui prodiguer ses conseils et s’en aller tranquillement. Mais le destin a voulu que lui-même croise Lorna ce jour-là…

« Ce roman constitue l’une des œuvres maîtresses de l’un des plus célèbres maîtres du polar britannique.  La magie de l’œuvre de John Bingham réside dans une qualité que nous cherchons en chaque auteur, trop souvent en vain : une maîtrise absolue du “paysage intérieur” de ses personnages, observé avec la perspicacité d’un œil pétri d’humanité mais fabuleusement incisif. »

John Le Carré

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Pas d’organdi pour Miss Blandice (Michel Bernardot)

Publié en novembre 2015 aux éditions L’Harmattan par le français Michel Bernardot.

 

 

Présentation:

Septième ouvrage de Michel Bernardot, Pas d’organdi pour miss Blandice est un hymne à la gloire des tissus et des mots qui les décrivent, inséré dans une trame (une doublure? ) à la fois romanesque et pleine de noirceur.

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

La fille d’avant (J.P. Delaney)

Publié le 24 Janvier 2017 sous le titre the girl before, il s’agit d’un thriller psychologique publié sous le pseudonyme de J.P. Delaney. La publication française date du 8 Mars 2017 aux éditions Mazarine, traduit de l’anglais par Jean Esch.

 

 

 

Présentation de l’éditeur:

Après un drame éprouvant, Jane cherche à tourner la page. Lorsqu’elle découvre le One Folgate Street, elle est conquise par cette maison ultra moderne, chef d’oeuvre de l’architecture minimaliste, parfaite. Mais pour y vivre, il faut se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Parmi celles-ci : répondre régulièrement à des questionnaires déconcertants et intrusifs. Peu à peu, Jane acquiert une inquiétante certitude : la maison est pensée pour transformer celui qui y vit. Or elle apprend bientôt qu’Emma, la locataire qui l’a précédée et qui lui ressemble étrangement, y a trouvé une fin tragique.
Alors qu’elle tente de démêler le vrai du faux, Jane s’engage sur la même pente, fait les mêmes choix, croise les mêmes personnes… et vit dans la même terreur que la fille d’avant.

 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Double meurtre à l’abbaye (Jacqueline Mirande)

Paru en 1998, il s’agit d’un récit policier jeunesse de la française Jacqueline Mirande (1925-   ).

 

 

Quatrième de couverture:

À la fin du XIIè siècle, dans l’enceinte de l’abbaye de Hautefage, un pèlerin de Saint-Jacques est retrouvé assassiné. L’enquête démarre aussitôt/ Mais, à chercher le meurtrier, on se demande s’il y a encore des innocents…

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

The Cruelty T1 (Scott Bergstrom)

Roman Young Adult de l’américain Scott Bergstrom, publié en 2017. Hachette Romans distribue dès le 1er Février 2017 la traduction française d’Alice Delarbre.

 

 

Présentation de l’éditeur:

Gwendolyn Bloom a à peine sept ans lorsque sa mère est assassinée sous ses yeux, et dix-sept lorsque son père disparaît brutalement, à la même date. Cette nouvelle épreuve s’accompagne d’une découverte accablante : son père n’est pas un diplomate, comme elle l’a toujours cru, mais un espion travaillant pour le FBI, dont les alliés semblent s’être retournés contre lui, après l’avoir accusé d’être passé à l’ennemi. Désespérée, Gwendolyn décide de partir seule à la recherche de son père qui, elle en est sûre, a été enlevé et reste vivant… Commence alors pour elle une longue traque dans les recoins les plus sombres et les plus dangereux d’Europe. Suivant les indices que son père lui a laissés, à Paris, Berlin puis Prague, Gwendolyn croise les pires spécimens de l’espèce humaine. Et surtout elle comprend très vite que, pour survivre à la cruauté de son un ennemi, il faut devenir plus cruel que lui. 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

Eau turquoise (Le cycle d’Ardalia T2) (Alan Spade)

Deuxième volet du cycle d’Ardalia, publié en octobre 2011 aux éditions Emmanuel Guillot par Alan Spade.

 

 

Présentation: 

Le long de la Grande Déchirure et au cœur du volcan Ixal, Valsshyk l’Immolé s’agite. Les créatures corrompues par ses miasmes purulents se font chaque jour plus nombreuses. Entre les murs ardents de Sinista luisent les glaives, haches et lances d’ambreroche d’une armée de réprouvés. Le jour s’approche où le nexus retenant encore le Dieu sombre s’effondrera. Alors, les nylevs surgiront des abysses… Messagers du destin, Pelmen, Xuven, Teleg, Elisan-Finella et Lominan s’empressent. Hélas ! Bientôt éclatent des dissensions et les chemins se séparent. Qui, des enfants d’Aoles ou de Malia, parviendra à avertir le monde du péril ? Au moment d’affronter les serviteurs du Feu sacré, le souffle d’Aoles et le pouvoir de l’Eau turquoise suffiront-ils ?

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

La Terre des origines (Tugdual T3) (Anne Plichota et Cendrine Wolf)

Dernier volet de la trilogie Tugdual, paru en novembre 2015 chez XO éditions, écrit par les françaises Anne Plichota et Cendrine Wolf.

 

 

Présentation de l’éditeur:

À Serendipity, l’ émotion a saisi toute la communauté devant les manifestations étranges que chacun a pu observer. Malgré les propos rassurants des autorités, les théories du complot se multiplient. D’ où venaient ces lueurs surgies dans la nuit ? De vols d’ engins militaires, comme on le leur dit ? Ou de visiteurs bien plus inquiétants ?

Pour Zoé, Tugdual et Mortimer, l’ heure est aux révélations. En apprenant d’ où ils viennent vraiment, ils vont être confrontés à un choix impossible… Et quand Zoé disparaît, le temps s’accélère : les deux garçons doivent mettre en place le plus vite possible une stratégie, sans pour autant se dévoiler complètement auprès de leurs amis de l’ Ordre.

La Terre n’ est pas seule à devoir faire face à des ennemis redoutables. Édéfia est en danger, et avec elle la survie de l’humanité tout entière. Oksa va devoir s’ en mêler. Pour les deux mondes, c’ est la dernière chance…

Dans cet ultime tome de la saga Tugdual, Anne Plichota et Cendrine Wolf concluent une aventure extraordinaire qui a passionné des milliers de lecteurs. 

 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite

C’est le 1er, je balance tout! ( #2 – Mars 2017 )

Pour celles et ceux qui auraient raté le rendez-vous le mois dernier, voici tout ce que vous devez savoir:

L’initiative de ce nouveau rendez-vous livresque revient à Lupiot (pseudo de Julia) du blog Allez vous faire lire.

En quoi consiste « C’est le 1er, je balance tout! »? Voici ce qu’en dit Lupiot:

Bienvenue dans ce nouveau rendez-vous mensuel. Il rime avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », et peut se voir comme un complément ou un petit frère dérangé, comme il vous plaira. Je vous invite à l’adopter, il ne mord pas.

Le principe ? Quatre trucs à balancer !

  1. Le Top & Flop de ce que j’ai lu le mois-dernier.

  2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

  3. Au moins 1 lien qui m’a fait « Wahou » le mois dernier (hors chronique littéraire).

  4. Et enfin : ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

     

 

Comme le mois dernier, j’ajouterai un cinquième point, récapitulant les petits nouveaux arrivés dans ma Pile à Lire.

 

 

Bannière créée par Lupiot (Allez vous faire lire)

Bannière créée par Lupiot (Allez vous faire lire)

 

 

Lire la suite

Madame Bovary (Gustave Flaubert)

Publié sous forme de feuilleton en 1856, son auteur, le français Gustave Flaubert (12/12/1821 – 08/05/1880), est jugé en février 1857 pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ».

 

 

bovary

Quatrième de couverture:

Jamais Madame Bovary ne fut aussi belle qu’à cette époque… Ses convoitises, ses chagrins, l’expérience du plaisir et ses illusions toujours jeunes, comme font aux fleurs le fumier, la pluie, les vents et le soleil, l’avaient par gradation développée, et elle s’épanouissait enfin dans la plénitude de sa nature. Ses paupières semblaient taillées tout exprès pour ses longs regards amoureux où la prunelle se perdait, tandis qu’un souffle fort écartait ses narines minces et relevait le coin charnu de ses lèvres qu’ombrageait à la lumière un peu de duvet noir. 

 

Ce que j’en pense:

Lire la suite